Le billet

05/03/2015

Crise



Tout est en « crise ». Et depuis si longtemps maintenant. Cela fait en gros quarante ans que les médias nous le chantent sur tous les tons, imposant un bruit de fond qui angoisse, paralyse, abrutit, pousse les esprits vers les bonimenteurs lepénistes. Régulièrement, cependant, des coups de clairons nous ramènent au réel. Ainsi, a-t-on appris jeudi, les profits des 40 plus grosses sociétés de la Bourse de Paris (le fameux CAC 40) ont bondi au total de 33 % en 2014 à 62,43 milliards. L'activité est restée morose mais elles ont bien réduit les coûts, notamment de personnel.  Ainsi ont-elles pu être généreuses pour leurs actionnaires. Pas de crise pour le capitalisme ni pour les inégalités. Pendant ce temps, un tiers des chômeurs ne touche rien, la moitié touche moins 500 euros. Qu'ils prennent des actions ! aurait dit Marie-Antoinette. Un oubli de la loi Macron.

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires