Le billet

Country


22/08/2015




L'été s'achève. Un bel été de spectacles. A quelques exceptions près, les fêtes country par exemple. La musique, oui. Le mythe, non. Franchement, ces gens en bottes, stetson et bandana, faut être un peu à l'ouest, non ? Remâcher une jeunesse éduquée à la supériorité de l'homme blanc ! Au Texas, le chapeau va bien aux Bush. En France, on ne voit guère que les Le Pen, père et fille, qui, lorsqu'ils ne se tirent pas dessus, partent avec leurs affidés combattre l'Indien.  Aujourd'hui, l'Africain, l'Arabe, l'Afghan, qui affronte les mers et les déserts, les bandits et les racistes, défie la mort, marche vers l'ouest, au plus loin, tout au bout de l'Europe, en rêvant de se construire une vie avec un marteau et des planches, se glisse dans le convoi de chariots, cherche celui qui lui fera traverser le détroit de Calais. L'aventurier véritable de notre temps.

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

Virus

Panique. Nous sommes cernés. Il attaquait par l’Est, il arrive par le Sud. Les Bourses ont la fièvre, l’économie mondiale chancelle et dans les foyers, la moindre toux devient suspecte. Le rationnel perd ses défenses immunitaires. Bientôt va surgir une infox virale sur internet : la fin du monde approche. En fait, s’il faut bien sûr l’enrayer, le coronavirus n’est pas très méchant pour les corps, bien moins que la grippe qui, bien que peu violente, a déjà fait quarante morts cet hiver. Il atteint surtout  les esprits. Il s’y niche, mue, réveille les virus à l’affût : le racisme, le sensationnel, l’anxiogène. Lesquels, à leur tour, génèrent un virus redoutable : l’oubli. Sur Idlib, il pèse aussi lourd que les bombes. Dommage pour les enfants, les femmes et les hommes prisonniers de l’enfer : si le coronavirus arrivait jusque là, peut-être... 

Michel Rouger

26/02/2020

Nono

Newsletter