Vu, Lu, Entendu...

25/09/2018

Contre les pesticides, l'Appel des coquelicots




Contre les pesticides, l'Appel des coquelicots

L'appel a surgi spontanément, venu d'un groupe de citoyens bénévoles, une quinzaine de personnes : une directrice de crèche retraitée, des décorateurs, une étudiante, une céramiste, deux paysans, une enseignante, une psychanalyste, des membres d’ONG, deux journalistes...

L'objectif : obtenir par une immense vague de signatures l’interdiction de tous les pesticides de synthèse en France,  ces "poisons qui détruisent tout ce qui est vivant" maintenus "par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant", ainsi qu'il est dit dans l'Appel des coquelicots  que chacun est invité à signer.

Sous le titre Nous voulons des coquelicots, Fabrice Nicolino et François Veillerette, chevilles-ouvrières de l'opération, signent en soutien un livre aux éditions Les Liens qui libèrent. 128 pages. 8 €.

Voir aussi Reporterre



Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono