Le billet

Claude, travailleur au noir


02/05/2013




En s'apercevant que ses paiements en liquide avaient été découverts, Claude Guéant aurait dû se liquéfier. Pas du tout ! Droit comme un Cahuzac ! Ce liquide n'a en rien alimenté la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy, a-t-il assuré dans un flot d'interviews. Simplement, il a reçu pour son travail des primes en liquide comme en touchaient alors « des milliers de fonctionnaires ». Une défense, pour dire vrai, assez flottante. Claude Guéant est « un voleur ou un menteur », a lancé sa camarade de l'UMP Roselyne Bachelot. Quoi qu'il en soit, grâce à lui, le 1er mai aura été cette année la Fête du Travail au noir. Voilà un ancien ministre qui  se blanchit en invoquant la fraude au fisc et à la Sécurité sociale. À trop pourchasser le sans-papier ouvrier au noir, l'ex- premier flic de France a fini par l'imiter. On peut appeler ça le syndrôme de Claude. 

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

La bonne éducation

On parle beaucoup des violences policières. Beaucoup trop. Et trop en mal surtout. Ainsi, aujourd’hui, dans le conflit sur la réforme du bac. Comment peut-on sous-estimer à ce point l’effet bénéfique du baston pédagogique sur les apprentis rebelles ? La crainte positive suscitée par les bataillons casqués  sur les écrans des réseaux sociaux et des chaînes – éducatives – d’info en continue ? Le 6 décembre 2018, à Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes de 12 ans et plus, s’étaient retrouvés à genoux mains sur la tête entourés de policiers matraque en main. Un précédent intéressant. Ces dernières semaines, les gardes à vue de lycéens se multiplient, parfois jusqu’à 48 h, dans des locaux glauques. Ainsi peuvent-ils apprendre la vie. Il faut aller plus loin. Pourquoi ne pas déplacer par exemple les heures de colle au commissariat de quartier ? Agissons pour rétablir la chaîne de l’Autorité. Le Président, les maîtres, les pères. Tiens-toi droit à table, mon fils, ou j’appelle la police.

Michel Rouger

13/02/2020

Nono

Newsletter