Le billet

02/05/2013

Claude, travailleur au noir



En s'apercevant que ses paiements en liquide avaient été découverts, Claude Guéant aurait dû se liquéfier. Pas du tout ! Droit comme un Cahuzac ! Ce liquide n'a en rien alimenté la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy, a-t-il assuré dans un flot d'interviews. Simplement, il a reçu pour son travail des primes en liquide comme en touchaient alors « des milliers de fonctionnaires ». Une défense, pour dire vrai, assez flottante. Claude Guéant est « un voleur ou un menteur », a lancé sa camarade de l'UMP Roselyne Bachelot. Quoi qu'il en soit, grâce à lui, le 1er mai aura été cette année la Fête du Travail au noir. Voilà un ancien ministre qui  se blanchit en invoquant la fraude au fisc et à la Sécurité sociale. À trop pourchasser le sans-papier ouvrier au noir, l'ex- premier flic de France a fini par l'imiter. On peut appeler ça le syndrôme de Claude. 

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires