Le billet

26/04/2012

Ciel ! La sécurité défaille



Le N° 1 français de la Sécurité au tapis ! En pleine Présidentielle ! L'économie fait parfois de la provoc'... Car enfin, voilà bien un secteur béni du dieu des affaires. Pas de concurrent chinois ; des salariés payés au lance-pierre ; une matière première - la peur - inépuisable ; des politiques qui alimentent la machine :  un rêve patronal. Et pourtant voilà que la direction de Neo Sécurité, dans un bon réflexe de libéral assisté, mendie 15 millions à l'État pour préserver les 5 000 emplois. Il y a peut-être une métaphore là dessous. Les champions de la sécurité sont parfois de piètres gestionnaires. La firme Sarkopé SA n'a-t-elle pas plombé gravement les finances françaises ? Et que dire si BleuMarine SA gouvernait un jour le pays ! Les électeurs frontistes  dont certains excusent  les colères ces jours-ci - comme s'ils étaient plus mal lotis que les autres - devraient se renseigner pour ne pas avoir un jour la rage.

Michel Rouger 




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires