Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
05/06/2023

Chez les parents et enfants Dumortier, le travail doit avoir du sens

Texte : Michel Rouger - Photos ©DR


“Grande démission” à l’américaine, “quiet quitting (bosser le moins possible), “bullshit jobs” (“emplois à la con”), inutiles et aliénants, dénoncés par l’anthropologue iconoclaste David Graeber... La place du travail est sérieusement interpellée partout en Occident et au final des masses d’emplois sont non pourvues. On cherche du sens, pour soi, ses proches, la société, la planète. Chez les Dumortier-Toury, les parents et enfants, tous ingénieurs, ne pensent qu’à ça depuis toujours.


"La relation humaine, c'est ça qui m'a fait tenir"
"La relation humaine, c'est ça qui m'a fait tenir"
30230608chez_les_parents_et_enfants_dumortier___.mp3 30230608Chez les parents et enfants Dumortier....mp3  (14.11 Mo)

Jean : “Là, j’ai complètement basculé”
Dans la famille Dumortier, prenons d’abord le père. Jean. Brestois de naissance, fils d’enseignant, père catholique engagé. En prépa, un prof de Sciences Nat lui transmet sa passion pour le vivant : il part à Rennes, il sera ingénieur agro. Comme Marie-Chantal Toury croisée sur le chemin de l’Ecole d’Agro féminine.

L’agriculture, en ce début des années 70, a entamé sa révolution productiviste. Jean entre dans la multinationale américaine de nutrition animale Cargill à travers sa filiale belge Hens. Son secteur : la production porcine et les pondeuses. Les connaissances du jeune ingénieur servent à améliorer les produits de Cargill qui peut aussi alimenter ainsi son ordinateur central aux États-Unis. Espionnage désagréable.

Il se trouve qu'à Guingamp, près de l’usine de Grâces où il bosse, un prêtre mène dans une auberge de jeunesse des actions de réinsertion sociale. “Je m’étais un peu investi. Là, j’ai complètement basculé.”  Cela fait sept à huit ans qu’il est chez Hens-Cargill, il s’en va. Le voilà directeur de CHRS, Centre d'hébergement et de réinsertion sociale (réadaptation disait-on à l’époque).

Son salaire chute de moitié mais réinsérer des jeunes délinquants, c’est mieux que d'engraisser des porcs et Cargill. Avec un éducateur spécialisé,  il retape des jeunes en rupture de la société. “Humainement, ça m’a bouleversé, ça m’a marqué beaucoup. Certaines situations étaient à pleurer. Mais il y avait des réussites et elles étaient importantes pour les autres.”

Cinq années passent et Il change de nouveau. Pour la scolarité de, Julien, Jean et Marie-Chantal reviennent sur Rennes. Il retrouve les producteurs de porc et les aviculteurs mais cette fois dans un établissement public : la chambre d’agriculture. “J’avais surtout à faire du lien, de la médiation, entre éleveurs et riverains, éleveurs et administrateurs, ville et campagne, chercheurs de l’INRA et producteurs.” Quand apparaîtront les échanges avec les paysans roumains, dans la région de Sibiu, et polonais, dans celle de Poznan, il y aura aussi ce côté humain du métier.

Un travail-passion enraciné dans les valeurs familiales
Un travail-passion enraciné dans les valeurs familiales
"Comment avancer ensemble”, sur des sujets souvent lourds ? “Parfois, tu te dis : “Pourquoi je suis encore là ? Je n’étais pas d’accord avec certains agriculteurs. Parfois j’ai été en porte-à-faux. Le côté relation humaine, la confiance, c’est ça qui m’a fait tenir dans beaucoup de cas.” Et qui l'a entraîné dans d'autres engagements, hors du travail. En 1987, sitôt revenu à Rennes, l’association intermédiaire L’Etape. Puis l'association d'aide à domicile ADES, le collectif d'associations GASPAR, un chantier d'insertion, l'association de retraités ECTI où l'on transmet ses savoirs techniques, la réinsertion de détenus, le conseil municipal durant deux mandats... Entre autres.
Marie-Chantal : "Prof, le plus beau métier du monde !"
Pour Marie-Chantal Toury, le travail est enraciné dans les valeurs des petits paysans des Ardennes, celles de ses parents. Le travail, ici, n’est pas un labeur, une corvée, c’est un ouvrage, imprégné d’entraide et d’amour de la nature, que la famille ensoleille souvent d'humour, de rires, Marie-Chantal les emporte avec elles à à Rennes, à l’Agro féminine  (ENSFA). « Les études, c’était important pour mes parents, ils auraient aimer enseigner, elle l’histoire, lui la nature. »

A sa sortie de l’Agro, la jeune ingénieure part un an en découverte, va vendre sur les marchés, rencontre les paysans du Larzac en lutte… Puis devient enseignante. « L’envie de transmettre et aussi de rendre à l’État qui m’a permis d’étudier gratuitement. » Après avoir débuté dans une maison familiale rurale avec des ados perdus qu’il s’agit d’insérer, elle va arriver et rester jusqu’à sa retraite en 2016 au lycée agricole de La Lande du Breil, à Rennes. Aux élèves en Bac Pro ou BTS, l’ingénieure peut transmettre toute la palette de ses connaissances quelle que soit la filière choisie : gestion d’une exploitation agricole, technologie de la bière, commercialisation d’animaux de compagnie…

Il y a le plaisir de transmettre mais pas seulement. Apporter une ouverture par des voyages à l’étranger : Bucarest, Bratislava, la Tunisie… Travailler avec les collègues. Détecter un handicap et le résoudre, telle la dyslexie d’un élève emmené avec succès au BTS. Et puis reste gravé à vie chez Marie-Chantal comme chez la plupart des enseignants, ce bonheur intime : l’élève devenu adulte qui vous embrasse au hasard d’une rue tant vous avez changé sa vie. « C’est passionnant, le plus beau métier du monde ! », lance Marie-Chantal sans méconnaître les difficultés d’aujourd’hui.

Marie-Chantal a aussi été la pédagogue à la maison. “J’étais pris, a confessé Jean, c’est un problème, pour l’éducation des enfants". Il se rattrapait pendant les congés. "On partait souvent en voyage avec les enfants : c’est important pour l’ouverture d’esprit. On a privilégié la relation humaine, la confiance en eux, une vie simple aussi : on se foutait de la reconnaissance sociale, de la voiture avec ses 300 000 km, ils nous ont vu retaper la maison..."

Les enfants Dumortier ont vu également une mère engagée à la bibliothèque municipale, à l’association d’aide à domicile, à la mairie (adjointe à l’action sociale durant un mandat).  Alors évidemment, tout cela marque. Aujourd'hui, Marie-Chantal s’en va souvent en Ardèche mettre la main à la pâte, si l’on ose dire, à "L’Epicerie Au Fournil" d’Aurélie. Après avoir beaucoup transmis, il y a tant à apprendre de la jeune génération.

Ingénieur, prof, "salarié indépendant"
Ingénieur, prof, "salarié indépendant"
Julien : des centraux téléphoniques à l'enseignement
Julien Toury, 50 ans, la blague toujours en embuscade, n’était pas un champion du travail dans sa version scolaire. Quelques coups de collier aux moments opportuns et le voilà à l’IUT de Lannion, département  génie électrique et informatique industrielle, puis à l’INSA à Rennes. Un parcours excellent qui le conduit tout droit chez Alcatel, le géant français des télécoms encore vaillant mais déclinant en cette fin de XXe siècle.

L’ambiance est bonne, les conditions intéressantes, le développement de centraux téléphoniques utile : “Le travail a du sens”, dit-il, mais le géant manque de vision et le jeune ingénieur prend son sac. Il opte pour une petite boîte pleine d’avenir, Lacroix-Sofrel à Vern-sur-Seiche près de Rennes. Tout lui va. L’innovation technique, les relations humaines, avec le créatif et charismatique patron comme avec les clients et partenaires dispersés en Europe.

Il grimpe les marches, manage équipes et projets. Mais la charge mentale grimpe aussi : “Ça finit par me peser, je suis pris dans un flux, les mails, le portable...” Il aimerait aussi voir ses deux filles plus souvent.

Au passage des 40 ans, il analyse sa vie : revenus, convictions, temps pour lui et ses proches. Résultat : finie l’entreprise, il sera prof. C’est "un peu un salarié indépendant”, le prof. Son salaire est divisé par deux mais la maison est payée. L’ingénieur décroche le Capes puis l’agrégation.

Il forme aujourd’hui de futurs officiers de la marine marchande à l’ENSM, l’Ecole nationale supérieure maritime, à Saint-Malo. Il a sa méthode, simple : “Il faut donner aux élèves l’envie de venir en cours et les préparer à l’examen, savoir les écouter, être bienveillant, montrer que tu les aimes.”

Il retrouve aussi un côté challenge : “Un cours n’est jamais gagné d’avance.” Encore faut-il surmonter les lourdeurs administratives, la baisse de niveau des élèves... et une question qui taraude : “Les jeunes eux-mêmes sont sensibles à l’impact du transport maritime sur l’environnement, ça me gêne aussi un peu...”

Arrivé au cap des 50 ans, Julien Dumortier s’interroge de nouveau : pourquoi pas revenir à un challenge technique, utile par exemple à l’environnement ? Il a des pistes.

Des relations travail "plus paisibles" là-bas
Des relations travail "plus paisibles" là-bas
Yohan : le travail ailleurs, en Nouvelle-Zélande
Yohan, 37 ans, a fait, lui, l’Ecole de design de Nantes. Il reste cinq ans dans une entreprise spécialisée dans le design de mobiliers puis démissionne.“J’avais envie de voir autre chose”. Avec un permis-vacances-travail, il part au Canada réaliser des logiciels de design destinés cette fois à l’emballage, l’alimentaire, à des festivals aussi. Un an passe, il rentre en France... puis repart avec un autre p-v-t pour la Nouvelle-Zélande où un copain lui a ouvert la voie.

Nous sommes en 2016. Durant trois à quatre ans, il enchaîne de petits contrats pour l'équivalent d'un smic. Il revient en France six mois, repart. Le voilà pour de bon cette fois installé  chez les accueillants Kiwis avec sa compagne chilienne. Il est embauché par une entreprise bossant pour l’aviation privée. Là-bas, on peut évoluer vite : “J’ai doublé mon salaire en quatre ans et triplé en six ans.” Mais il ne largue pas son éthique en vol, c’est un Dumortier. Voir ses logiciels servir le confort de clients nantis le poursuit. En outre, il fait moins de design et plus de management :  il part, quitte à gagner moins.

Il intègre il y a environ dix-huit mois une start-up où ses logiciels ont une vraie utilité sociale : pour la santé, la sécurité au travail... Il gagne moins mais tombe de 50 heures à 37 h 30, peut travailler à la maison, s’organiser librement. Globalement, indique Yohan, “l’ambiance au travail est plus relax” en Nouvelle-Zélande, "les relations paisibles que l’on soit d’origine indienne, chinoise, maori ou européenne". Même si chacun, le soir, rentre dans sa communauté. 

Sauf que dans les start-up, la brutalité se marie facilement à la coolitude quand les affaires marchent moins bien.“IIs m'ont d'abord passé à 80 % puis, il y a un mois, annoncé mon licenciement économique. Tu as alors une semaine pour faire des suggestions. Au bout de quatre semaines, plus rien. C’était super sympa, c’est d’autant plus dur de se retrouver dehors.” Faute d’assurance chômage (alors que les prix ont augmenté de 15% en deux ans), Yohan doit rapidement retrouver un travail. Heureusement, les entreprises embauchent aussi vite qu’elles licencient, il “n’est pas trop stressé”, il peut aussi redémarrer en free-lance. Ses recherches ont aussitôt commencé avec l’espoir de trouver un boulot qui a un peu de sens comme le précédent.

“Tout ce que j’avais appris se concrétise là”
“Tout ce que j’avais appris se concrétise là”
Aurélie : l’ingénieure pétrit un autre monde en Ardèche
Dans la famille, c’est Aurélie, la benjamine, 35 ans, qui a le plus bifurqué. Logiquement d’ailleurs. Elle entre en Agro à l’ISTOM (l’ancienne école coloniale) pour le développement des pays du sud. Elle veut “pouvoir faire bouger les choses, changer le monde.” Ses stages – en Bolivie, aux Chiapas, au Burkina Faso – lui “apportent une vision, une philosophie de la vie différentes”. Et l’interrogent. “Je me pose beaucoup de questions : quelle est ma légitimité, moi occidentale, à aller travailler là-bas ?” L’argumentation de l’agronome Marc Dufumier, brillant avocat de l’agroécologie, lui “parle beaucoup”. Conclusion de la jeune ingénieure : il faut “changer notre fonctionnement à nous, ma place est en France.”

Elle part alors à l’AgroSup de Dijon faire un master orienté vers le développement territorial. Une année en alternance, à l’école et dans une association qui développe l’agriculture bio où elle reste deux autres années en tant que salariée. Puis elle enchaîne avec son compagnon sur un tour de France des fermes collectives. Durant quinze mois, elle “découvre différentes manières de jouer collectif”, un leitmotiv chez elle. Un jour, ils arrivent à Rocles, un village de l’Ardèche de deux-cents habitants. “Tout ce que j’avais appris se concrétise là.” 

C’était il y a sept ans maintenant. Elle devient d’abord boulangère, dans un camion, l’été, sur les marchés, puis rapidement l’aventure prend son essor. Une autre “bifurqueuse” souhaite créer une épicerie ambulante, en valorisant aussi les producteurs locaux. Naît ainsi un an plus tard, en octobre 2017, "L'Epicerie Au Fournil "dans un local abandonné par une boulangerie mécanisée. 

Chez les parents et enfants Dumortier, le travail doit avoir du sens
De trois personnes au départ, la boulangerie-épicerie est passée à six aujourd’hui (cinq équivalents temps plein) plus un apprenti. La boulangerie est devenue une scop (“La Minouterie ”) en 2019. L’épicerie, associative, est  forte de quelque quatre-vingts adhérents dont une trentaine donnent volontiers un coup de main : elle se transformera en SCIC en 2024. Un vrai levier de développement local. La boulangerie est entourée de cultivateurs qui fournissent du blé local pauvre en gluten, le pain est pétri à la main, la cuisson est au feu de bois : du coup, 90% des recettes payent le travail. L’épicerie fait même naître de nouvelles activités (bientôt une brasserie), des gens s’installent à Rocles, le village prend de la valeur.

En entreprise “normale”, Aurélie gagnerait deux fois plus mais ça “ne lui parle pas du tout.” Ce travail qui évolue sans cesse, marie le manuel et la recherche, crée beaucoup de vie collective, est “hyper riche”. “C’est un levier positif pour nous mais il apporte aussi plus de sens au travail des producteurs, il valorise leurs produits, certains ont arrêté de vendre en grandes surfaces.” L’ingénieure bretonne est actrice de développement comme elle le voulait à 20 ans. Elle est aussi conseillère municipale depuis février 2023, en charge notamment de la cantine de la petite école, qu'elle souhaite voir approvisionnée bien sûr par les producteurs locaux. Pour le plus grand bien dans quelque temps du petit Elie arrivé en terre ardéchoise il y a neuf mois.

Un travail "hyper-riche", collectif, levier de développement local
Un travail "hyper-riche", collectif, levier de développement local



Nouveau commentaire :


L'enquête des lecteurs


"Les gens qui ne sont rien"
Dans ce voyage, un reporter fait partager le meilleur de ses rencontres. Femmes et hommes  de  toutes contrées, des cités de l’Ouest de la France aux villes et villages d’Afghanistan, d’Algérie, du Sahel, du Rwanda, de l’Inde ou du Brésil, qui déploient un courage et une ingéniosité infinis pour faire face à la misère, aux guerres et aux injustices d’un monde impitoyable. 280 pages. 15 €.

Et neuf autres ouvrages disponibles