Le billet

05/01/2017

Chasse africaine



À Paris, le procès de Teodorin Obiang, fils du président de Guinée équatoriale et incroyable prédateur des richesses du pays, a été reporté en juin pour qu'il puisse, bien que mis en examen depuis 2014, « organiser sa défense ». « C'est bien normal », ont dit deux autres délinquants de haut vol jetés sur-le-champ en prison, l'an dernier à Cahors et Toulouse, l'un pour avoir volé des pâtes, l'autre une bûche de fromage. En tout cas, la chasse a commencé. Après Obiang, les juges français pistent trois autres dirigeants africains dans le cadre de l'affaire des « biens mal acquis » lancée par des ONG européennes. Et ce n'est pas fini. Des juges guinéens, gabonais, nigérians, saisis par des ONG africaines, enquêteraient sur des grands spoliateurs blancs accusés de piller sols et sous-sols, polluer terres et rivières, corrompre des Obiang et consorts, financer des chefs de guerre. À New-York, Londres, Paris et Pékin, certains se font des soucis pour leurs biens mal acquis.

Michel Rouger

Chasse africaine
2017_01_05_chasse_africaine.mp3 2017 01 05 Chasse africaine.mp3  (1.65 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires