Le billet

20/10/2011

Au milieu du bruit, une musique...



Dans le bourdonnement médiatique quotidien revient sans cesse aujourd'hui une musique. Elle est plus ou moins forte selon les jours mais reste toujours là.  Elle est partie l'hiver dernier de Tunis, du Caire, puis de Damas ;  au printemps, elle a atteint Madrid,  Lisbonne, Athènes ; puis elle est apparue à Santiago au Chili, à New-York et on l'entend un peu partout dans le monde.  La voix des jeunes indignés a commencé à étouffer l'unique refrain entendu depuis vingt ans, celui d'un monde fini, condamné à s'agenouiller devant la tyrannie, celle de potentats ou celle des fianciers. Ces jeunes ne sont pas des millions et pourtant leur voix porte d'écho en écho. La presse, aux États-Unis surtout, la relaie, devinant que cette protestation non-violente vient du plus plus profond de sociétés excédées.

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​Les Réseaux - 14/01/2021

Les artistes - 17/12/2020

​Climat(s) - 10/12/2020

​Capitalisme bio - 03/12/2020

​Essentiel - 26/11/2020

​? - 05/11/2020

​Ok, c'est bon... - 30/10/2020

​Democratic Circus - 14/10/2020

​Stop - SUVisme - 08/10/2020

Couché ! Pas bouger - 01/10/2020

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

1 2 3 4 5 » ... 23






Le billet de la semaine

​Les Réseaux


Donc, en cette bonne année 2021, les Réseaux régnant sur l'Humanité ont lâché le trump, le monstre qu'ils ont porté en 2016 à la tête des États-Unis puis ravitaillé durant quatre ans par leurs tout-à-l'égout d'outrances et d'informations fausses. Aux portes du Capitole, à la dernière minute de sa tentative de coup d'État fomentée depuis des mois, ils l'ont lâché. Des défenseurs de la liberté comme ça, mieux vaut s'en protéger ! Pour inciter les gouvernants des pays encore libres à reprendre le contrôle en brisant leurs monopoles, il faudrait que les citoyens cessent d'être des Gafeurs, reprennent eux-même le contrôle de leur propre vie. Ne cèdent plus leurs comportements, leur cerveau, leur liberté pour le plaisir de quelques libertés factices à cette oligarchie marchande destructrice de la démocratie - et de la Planète par son cloud et ses matériels -. On peut encore user librement des immenses ressources d'internet. Se désintoxiquer, dégoogliser, désapple-iser, désamazoniser... 

Michel Rouger
voix_001_les_reseaux.mp3 Voix 001 Les réseaux.mp3  (2.2 Mo)


14/01/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires