Le billet

14/07/2011

Au Mont-Blanc, le vrai sommet de l'année



Assez des G7, des G 20 et autres rencontres internationales qui n'arrivent pas à remettre un semblant d'ordre dans la marche du monde ! Les dérèglements dénoncés depuis des années ne trouvent pas l'ombre d'une solution. Les Européens sont incapables de faire le ménage chez eux, on ne vous dit pas ce qu'il en est de la gouvernance mondiale. Même avec une présidence française, rien ne bouge.

Et si justement! Une cordée se met en route dans quelques jours pour atteindre un vrai sommet. Le Mont Blanc a été choisi comme tribune par une petite dizaine d'anonymes issus des pays du Sud, tous responsables d'associations militantes contre la pauvreté. Le 22 juillet, jour du départ de l'ascension, viendront se greffer à eux deux bénévoles du CCFD - Terre solidaire. Sur la plus haute montagne d'Europe, le groupe s'adressera aux puissants de ce monde. On devine quels seront les premiers mots du discours d'ouverture : "A nous la parole maintenant!"
 

Alain Thomas




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires