Vu, Lu, Entendu...

21/02/2019

Appel aux dons : le fonds "La terre en commun" de Notre-Dame-des-Landes est lancé




Lancé mi-janvier auprès des réseaux de soutien les plus proches, le fonds de dotation "La terre en commun" destiné à racheter bâtiments, terres et forêts sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes est maintenant élargi à tous.

Quelque 250 000 € ont été rassemblés en quelques semaines, versés par environ 500 donateurs selon leurs moyens, de 5 € à plusieurs milliers. L'objectif est d'atteindre 3 millions d'euros pour que l'aventure collective et les divers projets alternatifs puissent se poursuivre, que ces terres et bâtiments échappent à l'agriculture intensive. Il y a urgence : la rétrocession de 800 ha de terres demandée par le Conseil départemental risque d'intervenir en ce début d'année.

Précision d'importance : il s'agit d'une acquisition collective sans aucun système de parts ou d'actions. Les biens acquis sont donc placés en dehors de la spéculation et des recherches d'enrichissement personnel. Les dons sont accessibles à la réduction d'impôt de 66 % au titre du mécénat.

• Faire un don
• Le blog 
Contact



Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono