Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Alep


14/12/2016

Quatre lettres de sang s'écrivent sous nos yeux et nous restons là sidérés, désarmés. Nous sommes révulsés par la barbarie humaine qui ne fait relâche que pour recharger les canons, mais abandonnons à leur héroïsme les jeunes qui continuent à tweeter et les médecins qui persistent à soigner sous les bombes qui pleuvent ou la torture qui rôde. Nous voyons, nous savons, le monde est devenu village, mais nous restons aussi impuissants que nos ancêtres, jadis, devant d'autres tragédies. Pas de défilés pour convaincre nos gouvernants eux-mêmes prisonniers d'un homme, Poutine, qui gave de munitions le bourreau de Damas, bombarde lui-même, condamne par ses veto l'ONU à l'inaction. Poutine qui a aussi des amis chez nous : Marine Le Pen, François Fillon. On frémit à l'idée de voir l'an prochain un président français serrer en souriant cette main couverte du sang des innocents d'Alep. 

Michel Rouger

Alep
2016_12_14_alep.mp3 2016 12 14 Alep.mp3  (1.31 Mo)





1.Posté par baron le 15/12/2016 18:37
Que dire Michel ? Des poèmes écrits pour les enfants d'Alep, des photos, des vidéos... Notre impuissance ? Puisse la trève commencée aujourd'hui épargner/protéger... je ne sais plus. Merci pour ton analyse

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
< >

Mercredi 20 Octobre 2021 - 07:35 L'audace

Jeudi 14 Octobre 2021 - 05:30 Errance zemmourienne

Jeudi 7 Octobre 2021 - 07:26 Pandore

Vendredi 1 Octobre 2021 - 07:54 Au nouveau pourboire

Le billet | Nono | Vu, Lu, Entendu... | Covid | Rebelles du Monde | Solidaires | Engagés | Passionnés | Vie du site | Exclusion : 30 personnalités témoignent | Je suis Charlie | English version | Teatro e dança | La Lettre d'Histoires Ordinaires