Vu, Lu, Entendu...

10/01/2020

Aime-moi si tu peux de Séverine Vialon



aime_moi.mp3 Aime moi.mp3  (1.77 Mo)

Après « Entre père et fils » et « La clé du bonheur », Séverine Vialon vient de faire paraître un nouveau roman « Aime-moi si tu peux », préfacé par Christian Cottet, directeur général de l’AFMTéléthon.

L’espoir, maître-mot de la vie
Angèle est handicapée. Atteinte d'amyotrophie spinale qui la cloue dans son fauteuil roulant électrique. Malgré cela, elle a tout pour être heureuse : un travail qui lui procure satisfaction et reconnaissance, un homme qui l'aime et affronte à ses côtés la maladie et... un projet de mariage. Mais cet événement, qui est censé être, pour toute femme, le « plus beau jour d’une vie », va faire resurgir en elle des blessures anciennes qu’elle pensait, ou espérait, refermées. Et lui rappeler un manque, qui l’empêche depuis tant d’années d’accéder au bonheur qu’elle mérite. Au fil des préparatifs, des secrets de famille vont émerger, des déceptions aussi... Angèle aura-t-elle la force de construire sa vie d’adulte, envers et contre tout ? Dans ce nouvel écrit, Séverine Vialon rappelle que l’espoir reste le maître-mot de la vie.

Une écriture inspirée de la vie
Professeure des écoles, Séverine Vialon s’est lancée dans l’écriture en juin 2015, devenant auteure indépendante. C’est depuis l’Eure-et-Loir, où elle a été parachutée par l’Éducation Nationale, qu’elle trouve son inspiration. Passionnée d’écriture, elle s’y adonne depuis l’âge de 13 ans, depuis son retour brutal du Cameroun qui a fait exploser son univers. Période difficile de l’adolescence, la vie à l’étranger, la différence en générale qui aboutit notamment au harcèlement scolaire, l’adoption, la recherche de son identité, les personnes âgées et bien d’autres aspects des relations humaines sont à découvrir dans ses romans. Elle écrit, à l’ombre des regards, des poèmes puis des romans, une période qu’elle décrit dans Marre des adultes, paru en 2017. Elle est également l’auteure de Entre père et fils, À l’abri de la différence (trilogie) et La clé du bonheur.
 
Solidaire du Téléthon
C’est la première fois que Séverine Vialon aborde le sujet du handicap : « N’ayant jamais vraiment côtoyé le monde du handicap, ce n’était pas facile de s’y plonger, confie-t-elle. Le directeur général du Téléthon et sa fille ont accepté de me consacrer du temps. J’ai décidé que ce roman aiderait, en retour, le Téléthon durant toute l’année et non pas durant la simple période événementielle. » Christian Cottet, directeur n’a pas hésité à soutenir la démarche de Séverine Vialon : « Il y a beaucoup d’amour entre ces personnages qui entourent Angèle. Il y a l’amour de la vie... l’amour que partagent et construisent Angèle et Guillaume. Les familles qui un jour, par un caprice du destin, ou plutôt par la grande loterie de la génétique, ont été confrontées à la naissance d’un enfant atteint d’une maladie génétique grave comme l’amyotrophie spinale infantile, trouveront aisément leur chemin dans le livre de Séverine Vialon. »
 
Contact
« Aime-moi si tu peux », Sevylivres, novembre 2019, 160 pages
Prix de la version numérique : 2,99 €
contact@sevylivres.fr  – 06 03 48 92 12.
Site ICI
 



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 11


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​C’est la guerre

Tocsin. Mobilisation générale. "Nous sommes en guerre", a martelé six fois lundi soir le Président Chef des Armées. Tous aux abris ! Et bien entendu : on ne va pas, par désinvolture, filer la saloperie aux plus fragiles au risque qu’ils en meurent et d’aggraver la charge de travail des personnels soignants. Car l’ennemi pilonne durement nos services de santé inconsidérément fragilisés. Un peu comme nos bornés de généraux de 1914 avaient lancé des soldats en rouge/bleu horizon sous la mitraille allemande, nos gouvernants affaiblissent depuis des décennies nos hôpitaux. Avant que surgisse cette guerre, les héros célébrés aujourd’hui ont réclamé en vain des effectifs, des lits, des moyens suffisants. Ils se battaient depuis le 18 mars 2019, un an, impuissants comme nous tous devant la pandémie financière, dite parfois grippe américaine et en France CAC-40, qui n’est d’ailleurs pas pour rien dans celle du Covid-19. Mais regardons l’horizon. "Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause", a lancé lundi le chef de l’État. Après tout, après juin 40, il y eut mars 44, le programme du Conseil national de la Résistance, les Jours Heureux, la sécurité sociale pour tous, la solidarité collective. Ok, Général. En marche.

Michel Rouger
 

17/03/2020

Nono












Partenaires