Le billet

17/04/2014

Accords perdus



Le comparatif fait le tour du net, d'une netteté impeccable avec un petit décalage : deux corps féminins s'exhibent, l'un dit l'idéal selon les femmes, l'autre selon les hommes. Pour les femmes, c'est le corps "d'un garçon avec des seins" comme écrit Mona Chollet. Pour les hommes, ce sont des courbes, des hanches et de gros seins mais un ventre plat obligatoire. C'est la victoire du corps en pièces détachées qui n'a qu'à changer là et là, au lieu d'être ce qu'il est. Notons la mention de célébrités à qui appartiennent les jambes ou l'estomac : rares sont celles qui n'ont pas l'adresse d'un chirurgien dit esthétique. Du magasin H&M qui propose en majorité des jeans Skinny ou "Super" Skinny. Du Karl Lagerfeld qui se déteste lui-même autant que toutes les femmes. Photos retouchées sur fond de critères répétés : le virtuel s'imprime dans les cerveaux las d'avoir la même impression. Mais que fait le dictionnaire ? " Travailler au corps ", expression d'une action très pressante sur quelqu'un (torture, pression morale).

Violette Goarant




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires