11/09/2014

A propos des Femen à Paris : le féminisme aujourd'hui



A propos des Femen à Paris : le féminisme aujourd'hui
Le Tribunal correctionnel de Paris vient de relaxer les neuf Femen qui, le 12 février 2013 à la cathédrale Notre-Dame de Paris, avaient célébré à leur manière, le renoncement du pape Benoît XVI  : entrées avec les touristes, elles s'étaient posées les seins nus près de trois cloches et les avaient fait tinter avec des morceaux de bois en criant « Pope no more! » (« Plus de pape ! »).

À l'occasion de cette relaxe, l'hebdomadaire Marianne publie une interview d
l’historienne des femmes, Marie-Josèphe Bonnet, ancienne du MLF, sur  ce qu'est devenu le féminisme. 

« On aimerait entendre les autres contestataires de l'ordre patriarcal, dit notamment Marie-Josèphe Bonnet. Il n'y a qu'un seul type de langage pour l'instant qui est entendu : les seins nus parce que c'est une action spectaculaire. Or le féminisme a plusieurs langages : l'art, la littérature, la philosophie, la politique et même la sociologie des genres, la seule d'ailleurs qui soit passionnément critiquée ou défendue, comme s'il ne restait plus que le terrain de la sociologie pour penser.  »








Le billet de la semaine

​Hommage impérial


C’est la semaine de Napoléon, soit. Mais difficile ici de  peser les exploits et les égarements du brillant fiston de Charles Bonaparte et Letizia Ramolino. Difficile aussi de  répondre à la question : puisque derechef « nous sommes en guerre », comme a dit l’actuel chef de l’État, qu’aurait fait la Grande Armée sans masque puis sans vaccin sinon de battre encore en retraite ? Rendons donc plutôt hommage aux grognards, voltigeurs, fusiliers, grenadiers… aux 680 000 soldats partis se geler puis agoniser en Russie bernés par la propagande bonapartiste ou partis risquer leur vie pour nourrir leur famille. Ce qui en fait des héros éternellement contemporains. 

Michel Rouger
210506_hommage_imperial.mp3 210506 hommage impérial.mp3  (809.92 Ko)


06/05/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires