Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

16/06/2014

A la rencontre de l'humanité enfermée




A la rencontre de l'humanité enfermée
Le premier contrôleur général des lieux de privation de liberté tire sa révérence. Dans "L'humanité mise aux arrêts", un article publié le 6 juin dernier dans le journal Libération, Jean-Marie Delarue livre les anecdotes fortes qui ont émaillé son mandat. Six ans à visiter prisons, hôpitaux psychiatriques, centres de rétention, locaux de garde à vue et centres éducatifs fermés. Qu'ils soient détenus ou surveillants, les personnages dont il témoigne concentrent tout ce que ces lieux d'enfermement peuvent receler de violence et d'humanité. L'ex-contrôleur les raconte avec une forme de tendresse. De tendresse pour l'humanité. 

A lire aussi, "Ce que je n'excuse pas, c'est la résignation des pouvoirs publics", sa dernière interview de contrôleur, publiée sur le blog "Libertés surveillées" du Monde.fr. 
 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono