Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A l'affiche


23/06/2016

Sur la scène politique, les dirigeants de Paris et de Londres auront offert ces temps-ci un spectacle affligeant. À Londres, pour simplement régler des comptes dans leur parti, le Premier ministre David Cameron et son  challenger Boris Johnson ont joué l'Europe au poker et fait remonter les vieux relents de nationalisme et de xénophobie. Quoi qu'il arrive désormais,  c'est une faute énorme contre l'Europe unie qui a arrêté il y a 70 ans les fleuves de sang de jadis. À Paris, le Premier ministre Manuel Valls a osé s'attaquer à une liberté fondamentale, le droit des syndicats à manifester, et l'indécis Président François Hollande a embrayé avant de se raviser sous la bronca de la gauche. Rassurons-nous : la comédie du pouvoir peut aussi faire surgir - trop rarement hélas – de grands personnages. Vivement.

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Fin de mois - 02/12/2021

Ils étaient 27 - 25/11/2021

​Les - 17/11/2021

Greenwashing machine - 04/11/2021

Choix mortels - 28/10/2021

L'audace - 20/10/2021

Errance zemmourienne - 14/10/2021

Pandore - 07/10/2021

Au nouveau pourboire - 01/10/2021

Quoi ? ! - 20/09/2021

Piqûre de rappel - 16/09/2021

Risque de récidive - 18/08/2021

Non, Chef - 01/07/2021

​La panne - 24/06/2021

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

1 2 3 4 5 » ... 24

Nono | Le billet | Vu, Lu, Entendu... | Covid | Rebelles du Monde | Solidaires | Engagés | Passionnés | Vie du site | Exclusion : 30 personnalités témoignent | Je suis Charlie | English version | Teatro e dança | La Lettre d'Histoires Ordinaires