Le billet

35 heures !!!


01/11/2012




Revenir aux 39 heures « n'est pas un sujet tabou », a dit le Premier ministre. Mais supprimer les 35 heures, si. Quel barouf ! Et tout le pays de persifler, tempêter, s'exciter. Oui, le sujet est tabou ! Même la droite, durant dix ans, n'a pas osé. Car qui peut croire qu'en allongeant la durée légale du travail à 39 heures, puis 40, puis 45... - ce qui signifie travailler plus pour gagner moins, sans heures supplémentaires - on va donner de l'emploi aux salariés de Fralib, de PSA, de Doux, aux millions de chômeurs et précaires ? Peut-être ceux qui ont cru au "menu gogos" des restaurateurs après la baisse de la TVA... Reste une question : par quel syndrôme, quel relâchement soudain, un Premier ministre sous pression en vient à embrasser les fantasmes de ses adversaires ? Un Ayrault à glisser de plus en plus vers l'anti-héros.

Michel Rouger






1.Posté par Carré le 02/01/2013 20:01
Il me semble délicat de penser que trois lignes suffiraient à résoudre cette difficile question qu'est la durée du travail. Il y a tellement de paramètres donc de débats à engager, que la réduction à l'impulsivité populiste n'ira jamais aider une économie qui a besoin de solutions valides. Il y en a parmi nous qui travaillent bien plus que 39 heures et qui n'ont pas l'impression que cela nuise à la possibilité d'en faire bénéficier d'autres. Le chômage ne résulte en rien d'un partage du temps global de travail... allons un peu de travail en économie ne nuirait pas à notre auteur enflammé...
réfléchissons d'abord à ce que c'est qu'une "bonne" économie, humaine en tout cas.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

La bonne éducation

On parle beaucoup des violences policières. Beaucoup trop. Et trop en mal surtout. Ainsi, aujourd’hui, dans le conflit sur la réforme du bac. Comment peut-on sous-estimer à ce point l’effet bénéfique du baston pédagogique sur les apprentis rebelles ? La crainte positive suscitée par les bataillons casqués  sur les écrans des réseaux sociaux et des chaînes – éducatives – d’info en continue ? Le 6 décembre 2018, à Mantes-la-Jolie, des dizaines de jeunes de 12 ans et plus, s’étaient retrouvés à genoux mains sur la tête entourés de policiers matraque en main. Un précédent intéressant. Ces dernières semaines, les gardes à vue de lycéens se multiplient, parfois jusqu’à 48 h, dans des locaux glauques. Ainsi peuvent-ils apprendre la vie. Il faut aller plus loin. Pourquoi ne pas déplacer par exemple les heures de colle au commissariat de quartier ? Agissons pour rétablir la chaîne de l’Autorité. Le Président, les maîtres, les pères. Tiens-toi droit à table, mon fils, ou j’appelle la police.

Michel Rouger

13/02/2020

Nono

Newsletter