Le billet

35 heures !!!


01/11/2012




Revenir aux 39 heures « n'est pas un sujet tabou », a dit le Premier ministre. Mais supprimer les 35 heures, si. Quel barouf ! Et tout le pays de persifler, tempêter, s'exciter. Oui, le sujet est tabou ! Même la droite, durant dix ans, n'a pas osé. Car qui peut croire qu'en allongeant la durée légale du travail à 39 heures, puis 40, puis 45... - ce qui signifie travailler plus pour gagner moins, sans heures supplémentaires - on va donner de l'emploi aux salariés de Fralib, de PSA, de Doux, aux millions de chômeurs et précaires ? Peut-être ceux qui ont cru au "menu gogos" des restaurateurs après la baisse de la TVA... Reste une question : par quel syndrôme, quel relâchement soudain, un Premier ministre sous pression en vient à embrasser les fantasmes de ses adversaires ? Un Ayrault à glisser de plus en plus vers l'anti-héros.

Michel Rouger






1.Posté par Carré le 02/01/2013 20:01
Il me semble délicat de penser que trois lignes suffiraient à résoudre cette difficile question qu'est la durée du travail. Il y a tellement de paramètres donc de débats à engager, que la réduction à l'impulsivité populiste n'ira jamais aider une économie qui a besoin de solutions valides. Il y en a parmi nous qui travaillent bien plus que 39 heures et qui n'ont pas l'impression que cela nuise à la possibilité d'en faire bénéficier d'autres. Le chômage ne résulte en rien d'un partage du temps global de travail... allons un peu de travail en économie ne nuirait pas à notre auteur enflammé...
réfléchissons d'abord à ce que c'est qu'une "bonne" économie, humaine en tout cas.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

Paravents

La bêtise d’un médiocre candidat à la mairie de Paris, piégé comme un adolescent par les réseaux sociaux, a occulté tous les malheurs du monde pendant quelques jours. Les écrans font écran plus que jamais à l’essentiel suivant les mœurs américaines où les frasques sexuelles d’un président fait davantage scandale que la plus horrible des guerres. Pour autant, jusqu'où va le droit à la vie privée ? Faut-il laisser nos modernes barons et baronnes en juger eux-mêmes en n’ouvrant leurs paravents pudiques que pour poser avec conjoint et enfants sur Paris Match ? Regretter le temps où un Président pouvait entretenir maîtresse et enfant des années durant aux frais de la République ? La transparence sur la vie privée a aussi du bon et il est heureux qu’elle progresse. Qu’elle envoie lundi devant la Justice un leader politique et son épouse qui, derrière le même paravent, faisaient de l’argent public une rente juteuse.

Michel Rouger 

20/02/2020

Nono

Newsletter