Le billet

25/05/2016

​Vivement le pire



La France a été si mal gouvernée sous Sarkozy puis Hollande, si contrainte de se soumettre sans discuter aux outrances du système financier, qu'elle est de nouveau prise de convulsions. Pourtant, sous la pression des manifestants, de l'aide gauche du PS et celle, secrète, de la CFDT, la Loi Travail ne ressemble plus guère au texte provocateur initial. Mais elle reste un chiffon rouge. Un symbole à abattre. Et après ? On verra bien. En attendant, les casseurs veulent casser "le système" et la CGT abattre la loi symbole en empêchant, avec quelques troupes aguerries, les Français de circuler. Tout à leur haine du personnage François Hollande, une partie des électeurs de gauche accepte déjà un duel Juppé - Le Pen pour la Présidentielle 2017. "Pourquoi pas  Juppé ?" Pourtant, depuis quelques jours, ils connaissent son projet : une offensive anti-sociale lourde, brutale, à faire regretter Macron. Mais marcher vers le pire les yeux ouverts, c'est encore plus beau.

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires