Le billet

​Vivement le pire


25/05/2016




La France a été si mal gouvernée sous Sarkozy puis Hollande, si contrainte de se soumettre sans discuter aux outrances du système financier, qu'elle est de nouveau prise de convulsions. Pourtant, sous la pression des manifestants, de l'aide gauche du PS et celle, secrète, de la CFDT, la Loi Travail ne ressemble plus guère au texte provocateur initial. Mais elle reste un chiffon rouge. Un symbole à abattre. Et après ? On verra bien. En attendant, les casseurs veulent casser "le système" et la CGT abattre la loi symbole en empêchant, avec quelques troupes aguerries, les Français de circuler. Tout à leur haine du personnage François Hollande, une partie des électeurs de gauche accepte déjà un duel Juppé - Le Pen pour la Présidentielle 2017. "Pourquoi pas  Juppé ?" Pourtant, depuis quelques jours, ils connaissent son projet : une offensive anti-sociale lourde, brutale, à faire regretter Macron. Mais marcher vers le pire les yeux ouverts, c'est encore plus beau.

Michel Rouger





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

J - 7 - 07/03/2019

​Algérie, suites - 28/02/2019

Déraciner la haine - 20/02/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​L'Étranger, toujours

Comme une fatalité. Chaque élection présidentielle apporte sa méprise. Ainsi le jeune Président élu en mai 2017 a aussitôt muté en vieux politicien utilisant les ficelles les plus usées. Revoilà l'immigration. Alors qu'elle n'est pas apparue dans les priorités des Gilets Jaunes et du Grand débat national, le Président pousse le sujet, impose aux députés et sénateurs d'en débattre, empoisonne les esprits en alléguant que le droit d'asile est détourné par des réseaux. L'Étranger pris en otage, toujours. Le président pourrait rappeler les faits. Citer les chiffres réels. Démontrer la capacité d'accueil du pays des Droits de l'homme aujourd'hui parmi les mal classés de l'Union européenne. Souligner que personne ne quitte son pays sans déchirement. Que le migrant arrive exténué, martyrisé en chemin. S'appuyer surtout sur l'esprit d'accueil qui se manifeste dans toute la France. Cela ferait un beau discours politique, qui grandirait le pays  et le candidat à la Présidentielle de 2022 descendu aujourd'hui sur le terrain de l'extrême droite pour en faire son seul challenger.

Michel Rouger

07/10/2019

Nono

Newsletter