Le billet

​Un ultra-riche arrêté


22/11/2018




Faits divers rare cette semaine. Le patron de Nissan, Carlos Ghosn, a été arrêté au Japon, accusé d'avoir spolié le fisc et son entreprise. Carlos Ghosn est aussi le patron de Renault, l'ancien bastion ouvrier français, jadis Régie nationale qu'il a transformée en multinationale apatride. Son million d'euros de revenus par mois ne lui suffisait pas, pas plus que les faveurs des gouvernants dont celle du président français Macron qui a supprimé l'ISF sur les actions. L'évènement est très commenté en France par les manifestants en gilets jaunes qui veulent économiser quelques euros sur le plein de leur Clio.  “Mais que peut-il faire avec ses millions ?” C'est oublier que l'ultra-riche a épuisé le plaisir d'acheter. Qu'Avoir est son seul horizon. Que la cupidité, jadis moralement condamnée, est admise depuis la fin du XXe siècle comme carburant de l'action et même essence de l'existence. On suivra donc ce procès, s'il a lieu un jour, une écurie d'avocats s'apprêtant à son tour à s'enrichir en freinant le cours de la justice.

Michel Rouger

2018_11_23_un_ultra_riche_arrete.mp3 2018 11 23 Un ultra-riche arrêté.mp3  (1.65 Mo)






1.Posté par Bouju le 23/11/2018 08:52
Cela relève d'une maladie mentale !
Si je ai pas tout,je souffre comme un enfant mal aimé, comprenez moi
..

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​« Liberté ! » - 06/02/2019

​Patrons en lutte - 30/01/2019

L'espoir, enfin - 25/01/2019

​2018, la révolte - 13/12/2018

La panne - 06/12/2018

Chaussée glissante - 15/11/2018

Les vieux - 16/10/2018

​Quartier sensible - 04/10/2018

​L'œuf - 27/09/2018

​Le vieux Marcheur - 20/09/2018

Le changement - 06/09/2018

Un été français - 16/07/2018

​Patronat - 05/07/2018

​Buuuuuut ! - 27/06/2018

​Naufrage - 21/06/2018

Dingue - 15/06/2018

Handicap - 06/06/2018

​Escalades - 31/05/2018

1 2 3 4 5 » ... 16


Le billet de la semaine

​« Liberté ! »

Paris, 5 février 2023. - Hier soir, des policiers en civil ont arrêté cinq jeunes d'un collectif « Liberté ! » réunis dans l'arrière-salle d'un café. Sur ordre des préfets et sans que des délits aient été constatés, les arrestations dites "préventives" s'intensifient contre ces collectifs de jeunes d'autant plus que huit mois après la victoire de l'extrême-droite aux élections, l'opposition reste paralysée. Au parti En Marche, les frondeurs accusent l'ancien président Macron d'avoir provoqué une abstention record en poursuivant sa politique inégalitaire malgré le conflit des Gilets Jaunes et le débat national qui a suivi. A gauche, les reproches s'abattent sur ceux qui ont provoqué la victoire de l'extrême-droite en s'abstenant. Le nouveau pouvoir s'attaque donc froidement à la liberté de manifester en s'appuyant sur la cybersurveillance tolérée depuis longtemps par l'opinion et aussi sur la « loi anti-casseurs » adoptée il y a tout juste quatre ans, le 5 février 2019, par 387 députés En Marche ou de droite. Parmi eux, six ont vu leurs enfants arrêtés ces derniers jours... 

Michel Rouger

06/02/2019

Nono

Newsletter