Le billet

​Un ultra-riche arrêté


22/11/2018




Faits divers rare cette semaine. Le patron de Nissan, Carlos Ghosn, a été arrêté au Japon, accusé d'avoir spolié le fisc et son entreprise. Carlos Ghosn est aussi le patron de Renault, l'ancien bastion ouvrier français, jadis Régie nationale qu'il a transformée en multinationale apatride. Son million d'euros de revenus par mois ne lui suffisait pas, pas plus que les faveurs des gouvernants dont celle du président français Macron qui a supprimé l'ISF sur les actions. L'évènement est très commenté en France par les manifestants en gilets jaunes qui veulent économiser quelques euros sur le plein de leur Clio.  “Mais que peut-il faire avec ses millions ?” C'est oublier que l'ultra-riche a épuisé le plaisir d'acheter. Qu'Avoir est son seul horizon. Que la cupidité, jadis moralement condamnée, est admise depuis la fin du XXe siècle comme carburant de l'action et même essence de l'existence. On suivra donc ce procès, s'il a lieu un jour, une écurie d'avocats s'apprêtant à son tour à s'enrichir en freinant le cours de la justice.

Michel Rouger

2018_11_23_un_ultra_riche_arrete.mp3 2018 11 23 Un ultra-riche arrêté.mp3  (1.65 Mo)






1.Posté par Bouju le 23/11/2018 08:52
Cela relève d'une maladie mentale !
Si je ai pas tout,je souffre comme un enfant mal aimé, comprenez moi
..

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

J - 7 - 07/03/2019

​Algérie, suites - 28/02/2019

Déraciner la haine - 20/02/2019

​« Liberté ! » - 06/02/2019

​Patrons en lutte - 30/01/2019

L'espoir, enfin - 25/01/2019

​2018, la révolte - 13/12/2018

La panne - 06/12/2018

Chaussée glissante - 15/11/2018

Les vieux - 16/10/2018

​Quartier sensible - 04/10/2018

​L'œuf - 27/09/2018

​Le vieux Marcheur - 20/09/2018

1 2 3 4 5 » ... 16


Le billet de la semaine

​Notre-Dame de Palmyre

Nous pleurions lundi soir en voyant une part de notre histoire, de notre culture, de nous-mêmes, dévorée par le feu de l'enfer. Mais nos larmes sèchent déjà. C'était un accident, le monument a résisté, l'argent afflue vers la riche Paris. Nous reconstruirons, a dit le Président. Des grandes orgues et de milliers de poitrines jaillira, dans quelques années, un vibrant Alleluia. Douleur infime. Tellement éloignée de la douleur des Syriens, Kurdes, Irakiens, Afghans qui pleurent pour toujours la perte des Notre-Dame de Palmyre, de Mossoul, d'Alep, de Racca, de Bâmiyân : cités antiques, mosquées, églises, temples et statues... perdus à jamais non par accident mais par la haine d'une armée d'humains, leurs propres frères, fanatisés par un dieu fou. Depuis lundi soir, les Français peuvent seulement effleurer leur malheur pour, désormais, ne pas les oublier. 

Michel Rouger

 

18/04/2019

Nono

Newsletter