Le billet

16/07/2015

​Un feu d'artifices



Un beau 14 juillet ce fut. Militaire, bien sûr : le président du Mexique, fan de nos hélicos, était là ; pas nos acheteurs de Rafale, dommage. Populaire aussi, naturellement : c'est bon de se sentir du même pays comme disent les jeunes Français des quartiers. En réalité, le 14 juillet est devenu un feu d'artifices. La fête des illusions. Le jour de la contradiction. Toutes les vieilles nations d'Europe amusent ainsi leur peuple. Elles sortent leurs canons pour cacher leur impuissance à empêcher les banques d'écraser les Grecs ou leur Commission européenne de miner leur indépendance et leur société : le 14 juillet aussi, une enquête révélait que dans les négociations sur le Traité transatlantique de libre-échange, le fameux Tafta, la Commission consultait à 88% les grands lobbies et à 9% les groupes d'intérêt public. A quand un grand récit populaire européen contre les nouveaux maîtres et les nouvelles bastilles ? 

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​Democratic Circus - 14/10/2020

​Stop - SUVisme - 08/10/2020

Couché ! Pas bouger - 01/10/2020

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

1 2 3 4 5 » ... 22






Le billet de la semaine

​Democratic Circus


Tombera, tombera pas ? Les citoyens de cette Terre vont-ils devoir assister quatre ans encore aux calembredaines et agressions du politicien le plus puissant et le plus foutraque du monde ? Le suspense grandit à trois semaines du scrutin d'autant que Trump ne quittera pas facilement la piste, sa sortie pourrait même se révéler interminable et explosive. En fait, tout est possible tant le système électoral américain est peu démocratique. Au terme d'une campagne comme d'habitude crapoteuse et noyée sous les dollars, il n'est pas impossible que le suffrage universel soit de nouveau bafoué. En 2000, le démocrate Al Gore,  défenseur du climat, avait gagné mais c'est le républicain Bush le cruche, pyromane au Moyen-Orient, qui avait été élu. En 2016, Trump, bien que battu de 2,7 millions de voix, a gagné. Quoi qu'il arrive, la Trump Parade finale dira beaucoup de l'état de la démocratie outre Atlantique.

Michel Rouger
vocal_001_9.mp3 Vocal 001.mp3  (550.45 Ko)


14/10/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires