Le billet

​Souffrances


19/06/2019




En durcissant sévèrement l'accès à l'assurance-chômage, le gouvernement va précipiter dans la pauvreté des dizaines de milliers de chômeurs et réduire les revenus de tous les autres alors même que, déjà, chaque mois, la moitié des chercheurs d'emploi ne touche pas d'indemnité. Oubliés les appels venus il y a peu du fond du pays par les Gilets Jaunes ou le "grand débat national". Ce pouvoir abandonne les milieux populaires à la précarité et ses souffrances, celles-là même qui envahissent les services d'urgences des hôpitaux dont il ne parvient pas, depuis trois mois, à mesurer la détresse. Élus et militants du parti présidentiel ne peuvent-ils pas faire remonter le mal-être ? Pas facile. Leur mission est d'abord de conquérir des villes en mars prochain. Petits calculs et courses aux places les mobilisent, les médias aussi qui lisent déjà dans le marc de café les résultats : c'est d'ailleurs pourquoi la crédibilité des politiques et des journalistes souffre aussi dans le pays.

Michel Rouger

2019_06_19_souffrances.wav 2019 06 19 Souffrances.wav  (11.98 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

1 2 3 4 5 » ... 18


Le billet de la semaine

Colère, sans masque

Je ne sais pas pour vous mais, ici, le virus de la colère a fini par franchir la barrière. Cette pénurie et cette quête obsédantes de masques, de tests, de lits, de respirateurs  et bientôt de médicaments révoltent. Car il y a dix ans, on les avait les masques ! En stock et fabriqués sur place. Holà, gabegie, on dit les gouvernements. Et des Français aujourd’hui meurent par centaines. Le monde entier n’a pas encore engendré des dirigeants et organisations à la hauteur des enjeux vitaux du XXIe siècle mais la démocratie française est particulièrement malade. Depuis dix ans, à s’occuper et décider de tout, jusqu’aux arrière-cuisines, nos trois petits monarques républicains Sarkozy, Hollande et Macron, ont été bien incapables de voir loin. D’avoir une vision. D’anticiper les dangers pourtant annoncés. En revanche, servir au jour le jour la minorité possédante, oui. Et aujourd’hui, plutôt que de rétablir l’impôt sur la fortune au nom de la solidarité, un ministre du Budget organise un appel aux dons, des sous m’sieudames pour nos entreprises, sans même porter un masque de carnaval.

Michel Rouger

02/04/2020

Nono

Newsletter