Vu, Lu, Entendu...

01/12/2016

​Sophie, l’oubliée de la nuit




La dernière histoire racontée sur le site Sans A_ , qui veut « rendre visible les invisibles », est celle de Sophie, 36 ans, intérimaire de nuit depuis plus de dix ans à l’aéroport de Roissy. On découvre la galère d’une femme courage qui jongle entre ses trois enfants et ce boulot hyper flexible de nettoyage et de manutention qui l’épuise. 




1.Posté par Bouju le 30/12/2016 15:35
nous sommes le 30 Décembre 2016, et je lis l'histoire de Sophie.
cette histoire m'a serré le cœur et ,vieille dame de 90 ans, j'ai eu envie de serrer Sophie dans mes bras, et je dire " je suis la " Je connais l'absolue naïveté de ces mots,mais j'aimerais que Sophie sache que je lui souhaite une Année plus tendre , qu'elle sache que je n'ai pas les mots pour dire. A l'entrée du soir, je sais qu'elle sera dans mes pensées.Je sais, je sais, c'est ce que je peux faire, là, maintenant. Mais si elle a besoin de moi, je ne sais pas comment,, qu'elle sache que je suis présente. Je l'embrasse .

Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono