Vu, Lu, Entendu...

01/12/2016

​Sophie, l’oubliée de la nuit



La dernière histoire racontée sur le site Sans A_ , qui veut « rendre visible les invisibles », est celle de Sophie, 36 ans, intérimaire de nuit depuis plus de dix ans à l’aéroport de Roissy. On découvre la galère d’une femme courage qui jongle entre ses trois enfants et ce boulot hyper flexible de nettoyage et de manutention qui l’épuise. 




1.Posté par Bouju le 30/12/2016 15:35
nous sommes le 30 Décembre 2016, et je lis l'histoire de Sophie.
cette histoire m'a serré le cœur et ,vieille dame de 90 ans, j'ai eu envie de serrer Sophie dans mes bras, et je dire " je suis la " Je connais l'absolue naïveté de ces mots,mais j'aimerais que Sophie sache que je lui souhaite une Année plus tendre , qu'elle sache que je n'ai pas les mots pour dire. A l'entrée du soir, je sais qu'elle sera dans mes pensées.Je sais, je sais, c'est ce que je peux faire, là, maintenant. Mais si elle a besoin de moi, je ne sais pas comment,, qu'elle sache que je suis présente. Je l'embrasse .

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 14






Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires