16/06/2020

​Solidarité avec les migrants : demandons son inscription au patrimoine immatériel de l'Unesco



migrants.mp3 MIGRANTS.mp3  (1.01 Mo)

Le PEROU (Pôle d’Exploration des Ressources Urbaines) a lancé une action pour inscrire les actes de solidarité envers les personnes migrantes au patrimoine immatériel de l’UNESCO en 2021 et donc les valoriser. Nous sommes tou.te.s invité.e.s à participer à l’archivage de ces actes de solidarité. Ainsi des calaisiennes et calaisiens publient chaque semaine des actes d’hospitalité dans l’espace public. Plus de renseignements ici. Pour participer et suivre ces propositions de travail, aller sur la page Facebook du PEROU.

Le PEROU porte aussi le projet duTrès grand hôtel. Penser l’hébergement non comme une opération de mise à l’abri, mais comme un art de faire société, tel est l’enjeu du Très Grand Hôtel, un contre-centre d’hébergement pour "le monde d’après". Sur le blog du PEROU de Mediapart, on peut suivre l’état des lieux du chantier et participer à cet « atelier ouvert » pour imaginer avec celles et ceux qui le souhaitent ce lieu à venir. Ci-dessus la vidéo-manifeste réalisée par Maëlle Berthoumieu.

Violences contre un migrant : des gendarmes brisent le silence

Après des violences contre un mineur étranger à Calais, des gendarmes ont dénoncé des collègues, permettant une condamnation. Coups, brimades, téléphones brisés, nourriture jetée et vol d’argent… Un mineur afghan a détaillé tout cela dans une plainte au procureur de Boulogne-sur-Mer remontant à mars 2016. Cette fois,  la plainte a fait du chemin. Car pour une fois, des membres des forces de l’ordre ont brisé l’omerta, d’après des informations obtenues par Mediapart reprises ici

A noter aussi que la 7ème édition de la note pratique « Sans papiers mais pas sans droits« , parue en octobre dernier est désormais téléchargeable gratuitement sur le site du GISTI.


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 18






Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires