Le billet

04/10/2018

​Quartier sensible



Le quartier de Villejean, à Rennes, est regardé comme un « quartier sensible » depuis le centre-ville, les rues de l'entre-soi, dans les colloques, les journaux où le « fait divers » cache la vraie vie. Sensible, mot volé. Sensibles ils le sont, les habitants de Villejan. A la fausse image partout colportée de ce qu'ils sont, de ce qu'ils font. Sensibles, au milieu d'eux, sont tous ceux qui agissent pour leurs voisins, les jeunes à la recherche d'un avenir, construisent et reconstruisent sans fin toutes sortes de passerelles. Le nouveau blog, Villejean, les énergies d'un quartier, va permettre, enrichi chaque semaine, de les rencontrer. Le quartier de Villejean est sensible, oui, donc  forcément inventif. Il a une partie des réponses au double défi, social et culturel, du temps : lui les prend à bras-le-corps. 

Michel Rouger

quartier_sensible.mp3 Quartier sensible.mp3  (1.39 Mo)





1.Posté par Ghania le 07/10/2018 17:06
Très beau texte Michel qui traduit une réalité ignorée de beaucoup de personnes! Il faut faire tomber les clichés!
Bravo!
Ghania

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires