Le billet

​Quartier sensible


04/10/2018




Le quartier de Villejean, à Rennes, est regardé comme un « quartier sensible » depuis le centre-ville, les rues de l'entre-soi, dans les colloques, les journaux où le « fait divers » cache la vraie vie. Sensible, mot volé. Sensibles ils le sont, les habitants de Villejan. A la fausse image partout colportée de ce qu'ils sont, de ce qu'ils font. Sensibles, au milieu d'eux, sont tous ceux qui agissent pour leurs voisins, les jeunes à la recherche d'un avenir, construisent et reconstruisent sans fin toutes sortes de passerelles. Le nouveau blog, Villejean, les énergies d'un quartier, va permettre, enrichi chaque semaine, de les rencontrer. Le quartier de Villejean est sensible, oui, donc  forcément inventif. Il a une partie des réponses au double défi, social et culturel, du temps : lui les prend à bras-le-corps. 

Michel Rouger

quartier_sensible.mp3 Quartier sensible.mp3  (1.39 Mo)






1.Posté par Ghania le 07/10/2018 17:06
Très beau texte Michel qui traduit une réalité ignorée de beaucoup de personnes! Il faut faire tomber les clichés!
Bravo!
Ghania

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

Etiquettes

Dans deux mois, nous aurons donc notre maire et son conseil municipal. Et aussi, sur les écrans et les journaux, une belle carte de France allant du bleu marine de l’extrême-droite au rouge vif de l’extrême-gauche. Le ministère de l’Intérieur est en train de poser ses étiquettes de couleur sur les listes. Beau travail d’épicier. De 17 étiquettes aux dernières municipales, nous passons à 22. On se demande bien pourquoi des citoyens ne vont pas encore trouver de bulletin à leur convenance. En réalité, l’épicier est en train de traficoter. Et que je te supprime les étiquettes dans les communes de moins de 9 000 habitants : voilà un tiers de la carte électorale sans couleur. Et que je t’invente une étiquette DVC (divers centre) destinée à accueillir les listes pourtant de gauche ou de droite mais soutenues par En Marche faute de pouvoir présenter des candidats. Mais que cherche donc à cacher le parti du Président ? 

Michel Rouger

23/01/2020

Nono

Newsletter