Le billet

​Progressons


11/04/2019




Et maintenant, après le grand débat, que fait-on ? On s'affiche « Progressiste ». Jean-Yves Le Drian a lancé dimanche le mouvement des « Progressistes bretons » en écho au « Progressisme » qu'essaient de théoriser dans un ouvrage les deux jeunes stratèges du Président, Amiel et Emelien. Eux-mêmes ont une belle marge de progression. Pour ringardiser les opposants à Emmanuel Macron et en faire le seul adversaire des « populistes » à la Présidentielle de 2022, ils ressortent un vieux terme fatigué galvaudé depuis la fin du XIX° siècle par des partis de toutes couleurs. Car à chacun son « progrès ». Le parti macroniste et ses stratèges en ont eux-mêmes une vision particulière dont la politique, depuis bientôt deux ans, a été régressive sur la justice fiscale et sociale, les libertés, l'écologie, les institutions. Mais instruit par la révolte des Gilets Jaunes et le débat national, le Président, dont la Parole tient en haleine tout le pays, a peut-être fait de gros progrès.

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

J - 7 - 07/03/2019

​Algérie, suites - 28/02/2019

Déraciner la haine - 20/02/2019

​« Liberté ! » - 06/02/2019

​Patrons en lutte - 30/01/2019

L'espoir, enfin - 25/01/2019

​2018, la révolte - 13/12/2018

La panne - 06/12/2018

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Souffrances

En durcissant sévèrement l'accès à l'assurance-chômage, le gouvernement va précipiter dans la pauvreté des dizaines de milliers de chômeurs et réduire les revenus de tous les autres alors même que, déjà, chaque mois, la moitié des chercheurs d'emploi ne touche pas d'indemnité. Oubliés les appels venus il y a peu du fond du pays par les Gilets Jaunes ou le "grand débat national". Ce pouvoir abandonne les milieux populaires à la précarité et ses souffrances, celles-là même qui envahissent les services d'urgences des hôpitaux dont il ne parvient pas, depuis trois mois, à mesurer la détresse. Élus et militants du parti présidentiel ne peuvent-ils pas faire remonter le mal-être ? Pas facile. Leur mission est d'abord de conquérir des villes en mars prochain. Petits calculs et courses aux places les mobilisent, les médias aussi qui lisent déjà dans le marc de café les résultats : c'est d'ailleurs pourquoi la crédibilité des politiques et des journalistes souffre aussi dans le pays.

Michel Rouger

19/06/2019

Nono

Newsletter