30/01/2019

​Patrons en lutte



Arc-boutés sur la défense de la précarité, les trois syndicats patronaux ont stoppé lundi les discussions sur l'assurance chômage. Puis ont décidé jeudi de revenir. Simple repli tactique. Ils le répètent depuis plus de deux ans : Non au malus sur les contrats courts ! Ceux-ci continuent de flamber. Les contrats de moins d’un mois représentent maintenant 83% des CDD, les contrats d'une seule journée 30 % ! Je prends, je jette, l'Assedic paiera. La crise sociale en cours amène bien des employeurs à débattre de la RSE, la Responsabilité sociétale des entreprises : les dirigeants patronaux, eux, abrités derrière leurs fenêtres des beaux quartiers, regardent passer les Gilets Jaunes dont la colère curieusement les épargne. Inflexibles sur cette flexibilité qui exploite l'individu et brise le citoyen empêché de s'engager pour le bien commun, ils fragilisent en même temps, en se montrant inaptes à la négociation, un instrument démocratique essentiel gravement affaibli aujourd'hui, celui des corps intermédiaires. Le patronat français, emmené par  le descendant de la vieille noblesse Geoffroy Roux de Bézieux, est bien le dernier adepte de la lutte des classes.

Michel Rouger

vocal_001_1.mp3 Vocal 001.mp3  (1.77 Mo)



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

Palestine - 12/05/2021

Surprise ! - 29/04/2021

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

Chaud-froid - 10/02/2021

​Désobéir - 27/01/2021

1 2 3 4 5 » ... 24






Le billet de la semaine

Dimanche soir


Ainsi, avançant l’été d’une journée, le gouvernement nous permet de fêter jusqu’au bout de la nuit le dimanche électoral. A quatre jours du scrutin, cette largesse ne peut que ravigoter les candidats Marcheurs qui ont dû mal à masquer leur gêne devant le mauvais coup porté à la Loi Molac et à diverses volontés populaires. Elle devrait permettre aussi aux présidents, secrétaires et assesseurs des bureaux de vote de célébrer autour d’un pot bien mérité un engagement citoyen qui fait bien défaut à chaque rendez-vous électoral. Car la démocratie, frappée par l'abstention, pourrait bien, elle, ne pas être à la fête dimanche soir. 

Michel Rouger
20210617_dimanche_soir.mp3 20210617 dimanche soir.mp3  (787.06 Ko)


17/06/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires