Le billet

02/03/2017

​Noce diabolique



Insensibles au bruit des casseroles, portés par des militants fanatiques qu'ils prennent pour le peuple, François Fillon et Marine Le Pen s'avancent aujourd'hui bras dessus bras dessous vers l'Élysée. La Blonde et le Brun ont dans le regard la même hargne assassine contre la Justice, la presse, l'Etat de Droit, souriant seulement à leur rêve du printemps quand règnera l'arbitraire qui épargne les puissants. Seul l'intérêt personnel, bien sûr, unit ces deux plus beaux spécimens de la bourgeoisie politicienne. Il faut qu'ils arrivent en tête ensemble le 23 avril, au soir du premier tour. « Les Français se rassembleront autour de moi comme pour Chirac en 2002 ! », se dit-il. « Je peux vraiment devenir Présidente car les gens s'abstiendront en masse plutôt que de voter Fillon ! », se dit-elle. Elle a raison. La complicité diabolique des soi-disant Républicains est sa seule chance. 

Michel Rouger

​Noce diabolique
2017_03_02_noce_diabolique.mp3 2017 03 02 Noce diabolique.mp3  (1.5 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires