Le billet

04/10/2017

​Murs sanglants



En lançant une répression bête et féroce contre les votants au référendum, le gouvernement espagnol a sérieusement fait grimper dimanche le mur d'intolérance que les politiciens nationalistes catalans construisent depuis 2010. Dans le reste de l'Espagne, les esprits s'échauffent. Les Catalans eux-mêmes se déchirent ; ceux qui se veulent aussi Espagnols, bien que majoritaires, ont peur, se taisent, se privent du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Ce droit, sacré pour les populations opprimées, colonisées, est-il d'ailleurs pratiquable par une région autonome qui dispose de toutes les armes de la démocratie ? Dans une époque moderne où les peuples sont interdépendants à défaut d'être solidaires ? En attendant, le nationalisme nourrit aujourd'hui une fois de plus la haine, armera peut-être encore demain des exaltés. Fera, fait déjà, couler le sang. Et les murs borneront pour longtemps les esprits. Pour une médiation internationale dans le conflit catalan, un lieu est tout trouvé, au cœur de l'Europe : Sarajevo. 

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires