Le billet

​Le vieux Marcheur


20/09/2018




Gérard Collomb, est numéro 2 du gouvernement, ministre de l'Intérieur, premier flic de France : sa mission n'est pas secondaire ! Si. Le matin, en se rasant, le vétéran - 71 ans -  du parti En Marche ! pense à sa bonne ville de Lyon. Il y pense du matin au soir, à chaque pas. Alors, soudain, le pas, il l'a sauté. Le ministre Collomb démissionnera au lendemain des élections européennes, le 26 mai 2019. Encore huit mois à tenir puis le vieux Marcheur reprendra le chemin de sa mairie pour un quatrième mandat. La future loi contre le cumul, si elle voit le jour, ne l'interdit qu'après trois mandats « consécutifs ». Bien pensé. Le vieux routier peut voir loin : 2020 puis 2026 puis 2032 : à 85 ans, il aura sûrement toujours bon pied bon œil pour guider les jeunes Marcheurs qui piétinent d'impatience, lâchent leurs dossiers, sortent les dents pour arracher les mairies socialistes et imposer partout leur déjà très vieux nouveau monde.  

Michel Rouger 

le_vieux_marcheur.mp3 Le vieux marcheur.mp3  (1.67 Mo)






1.Posté par Bouju Martine le 25/09/2018 19:20

se croire indispensable
friser le ridicule
ne pas miser sur les jeunes
oublier l'impitoyable du miroir
mépriser la route vers la sérénité
nuire à la collectivité
ça fait beaucoup Monsieur Collomb!


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​La trêve - 30/10/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

Etiquettes

Dans deux mois, nous aurons donc notre maire et son conseil municipal. Et aussi, sur les écrans et les journaux, une belle carte de France allant du bleu marine de l’extrême-droite au rouge vif de l’extrême-gauche. Le ministère de l’Intérieur est en train de poser ses étiquettes de couleur sur les listes. Beau travail d’épicier. De 17 étiquettes aux dernières municipales, nous passons à 22. On se demande bien pourquoi des citoyens ne vont pas encore trouver de bulletin à leur convenance. En réalité, l’épicier est en train de traficoter. Et que je te supprime les étiquettes dans les communes de moins de 9 000 habitants : voilà un tiers de la carte électorale sans couleur. Et que je t’invente une étiquette DVC (divers centre) destinée à accueillir les listes pourtant de gauche ou de droite mais soutenues par En Marche faute de pouvoir présenter des candidats. Mais que cherche donc à cacher le parti du Président ? 

Michel Rouger

23/01/2020

Nono

Newsletter