Le billet

14/11/2014

​Le tigre



Un tigre rode dans les bois de Seine-et-Marne et échappe pour l'instant à la battue. Hélicoptère et militaires cherchent en vain le mystérieux félin. Ça fait peur. Il va devenir notre Bête du Gévaudan. Qui mange les enfants : « Avale ta soupe, sinon... » Et s'il se faufilait jusqu'à Paris, se glissant dans un Monop' rayon boucherie ? Personne ne sait comment il a pu arriver là. Un cirque ? Non. Un ailurophile indélicat ayant sournoisement laisser sa porte ouverte pour se défaire de son matou trop vite grandi ? Une électrice de Christian Jacob ou Jean-François Copé, députés voisins, déçue par l'UMP ? Peut-être le réchauffement climatique qui commence à  chasser vers le Nord des espèces de toutes façons pourchassées au Sud ? Les hypothèses vont bon train. En tout cas, l'urgence est de s'unir, toutes couleurs politiques confondues. Jouyet en aurait parlé avec Fillon, qui ne dément pas. Mais que fait Hollande ?  

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires