Le billet

​Le stress du Marcheur


11/10/2018




Mais qu'est-ce qui se passe ? Mercredi matin 10 octobre, 8 h. Cela fait huit jours que le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'est évadé du gouvernement. Et toujours pas de successeur. A l'Élysée, le « maître des horloges » semble avoir perdu ses clés. Première idée : on va simplement remplacer Collomb, comme Hulot le mois dernier. Puis : et si on bricolait un nouveau gouvernement pour "donner un nouveau souffle" ? D'empressés Marcheurs gardent aussitôt leur mobile à l'oreille : jadis ils auraient gardé l'œil fixe sur leur téléphone fixe, c'est le nouveau monde. Des socialistes, en revanche, refusent cette fois de se trahir. Mais finalement, mardi soir, pas de changement de gouvernement. Marche avant, marche arrière, marche à vue. Mercredi 9 h. C'est bon, là ? Non : pas avant vendredi soir. Flottement historique. « Mais qu'est-ce qui se passe ? » divague le Marcheur de base pourtant, a indiqué une enquête lundi, super diplômé. 

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Les vieux - 16/10/2018

​Quartier sensible - 04/10/2018

​L'œuf - 27/09/2018

​Le vieux Marcheur - 20/09/2018

Le changement - 06/09/2018

Un été français - 16/07/2018

​Patronat - 05/07/2018

​Buuuuuut ! - 27/06/2018

​Naufrage - 21/06/2018

Dingue - 15/06/2018

Handicap - 06/06/2018

​Escalades - 31/05/2018

Niche - 25/05/2018

Les résistants - 17/05/2018

​La brute - 10/05/2018

Écrivez - 29/04/2018

​Bibi le bourreau - 26/04/2018

​Coucou - 11/04/2018

​Brexit breizh - 22/03/2018

Une farce tragique - 15/03/2018

Esclaves - 08/03/2018

1 2 3 4 5 » ... 16


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Vouloir rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher lentement ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono

Newsletter