Vu, Lu, Entendu...

23/01/2020

​Le nouveau film de Mariana Otero : « Histoire d'un regard »



histoire_d__un_regard.mp3 Histoire d'un regard.mp3  (1.42 Mo)

Après « L’Assemblée », « Histoire d’un secret » et « À ciel ouvert », Mariana Otero propose son nouveau film « Histoire d’un regard », distribué par Diaphana. Le regard est celui de Gilles Caron, un photographe qui, après une carrière fulgurante, a disparu brutalement au Cambodge en 1970. Parmi ses nombreuses photographies, Mariana Otero repère celles des conflits comme la guerre des Six Jours, celle du Vietnam, les événements de mai 68 ou encore, la bataille du Bogside en Irlande du Nord.

« Je me suis aperçue que certaines de ses photos habitaient ma mémoire… J’ai voulu comprendre son parcours, sa manière de voir le monde. A travers son regard, il nous raconte l’histoire de son époque. Il nous raconte aussi son histoire… Au fil de ses reportages, en observant ce qui le mène d’une photo à l’autre, explique-t-elle, j’essaie de comprendre son regard, ses cheminements physiques et intérieurs, ses questionnements et ses doutes, afin de lui redonner un corps et une présence. Ce film que j’ai voulu résolument romanesque, à la croisée de l’intime et de l’Histoire, est donc tout à la fois l’histoire d’un photographe, de son regard mais aussi celle d’une époque dont les soubresauts se font encore sentir aujourd’hui. »
 
Cinéaste d’origine rennaise

Mariana Otero est née à Rennes en 1963. Elle passe son baccalauréat en 1979, obtient une licence de lettres à l'Université de Rennes 2, puis une maitrise à l'Université de Paris VIII en 1985. Elle est la sœur de l’actrice française, Isabel Otero. En 1994, elle réalise pour Arte une série de six documentaires, "La Loi du collège", qui évoquent la vie quotidienne de jeunes adolescents dans une banlieue parisienne en 1992, au cours d’une année scolaire.

Entre 1995 et 2000, elle vit au Portugal. C’est là, qu’en 1997, dans "Cette télévision est la vôtre", la réalisatrice décrypte les fonctionnements d’une chaîne commerciale portugaise qui a conquis 50% de l'audience nationale grâce notamment à des telenovelas importées du Brésil. En 2003, elle met en scène "Histoire d'un secret", film à mi-chemin entre le documentaire et la fiction dans lequel elle s'interroge sur la disparition de sa mère alors qu'elle n'était qu'une enfant. Avec ce film, elle reçoit les honneurs d'une distribution dans les salles françaises. Sept ans plus tard, elle réalise son second long métrage, "Entre nos mains", qui raconte avec humour l'histoire d'ouvrières d'une entreprise de lingerie qui créent une coopérative pour sauver leur emploi.  (Informations issues du site Allociné).

SITE de Mariane Otero ICI
Teaser Histoire d'un regard ICI

 
"Histoire d'un regard" de Mariane Otero
à découvrir en avant-première à Rennes,
le samedi 25 janvier, au cinéma Arvor à 18h



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 10


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Paravents

La bêtise d’un médiocre candidat à la mairie de Paris, piégé comme un adolescent par les réseaux sociaux, a occulté tous les malheurs du monde pendant quelques jours. Les écrans font écran plus que jamais à l’essentiel suivant les mœurs américaines où les frasques sexuelles d’un président fait davantage scandale que la plus horrible des guerres. Pour autant, jusqu'où va le droit à la vie privée ? Faut-il laisser nos modernes barons et baronnes en juger eux-mêmes en n’ouvrant leurs paravents pudiques que pour poser avec conjoint et enfants sur Paris Match ? Regretter le temps où un Président pouvait entretenir maîtresse et enfant des années durant aux frais de la République ? La transparence sur la vie privée a aussi du bon et il est heureux qu’elle progresse. Qu’elle envoie lundi devant la Justice un leader politique et son épouse qui, derrière le même paravent, faisaient de l’argent public une rente juteuse.

Michel Rouger 

20/02/2020

Nono












Partenaires