Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le bourreau de Riyad, notre ami

25/09/2015

Le visage d'Ali, 20 ans, souriant, fait ces jours-ci le tour du monde. Le jeune chiite peut être décapité et crucifié à tout moment. Notre seul espoir : que l'ami Salmane, le roi d'Arabie Saoudite, le gracie. Mais pour cela, soyons humains, compréhensifs. Pourquoi une exception ? Décapiter ou fusiller fait partir de la vie du royaume : 130 tués depuis janvier. Cadence tolérable puisque la pétro-monarchie préside depuis lundi à l'ONU le groupe proposant les meilleurs experts en Droits Humains. Donc, pour sauver Ali, restons amis. Oublions la muflerie de Salmane cet été : la plage privatisée de Vallauris, les 3,7 millions d'euros filoutés aux Hôpitaux de Paris. Pensons aux repères que Salmane donne à nos jeunes déboussolés : le wahhabisme, le niqab, le terrorisme. Discutons. Est-ce nécessaire, Salmane, de crucifier ? De laisser le corps pourrir sur la place ? Même de décapiter ?  Et si on te fait une réduc' sur des Rafale 

Michel Rouger  


Nouveau commentaire :

Le billet | Nono | Vu, Lu, Entendu... | Covid | Rebelles du Monde | Solidaires | Engagés | Passionnés | Vie du site | Exclusion : 30 personnalités témoignent | Je suis Charlie | English version | Teatro e dança | La Lettre d'Histoires Ordinaires