Le billet

02/11/2017

​Le beurre



La crise du beurre, nous dit-on, mollit. Passé le Nouvel An, elle aura disparu. Provisoirement sans doute. Ce n'est pas que l'on manque de matière première : une rivière de lait coule des mamelles de nos vaches pâturant paisiblement dans nos vertes prairies ou bouffant leurs granulés bovinement dans nos vastes étables. Mais le problème c'est après. Le beurre et l'argent du beurre. Bataille de géants entre ceux qui fabriquent et ceux qui vendent. Tant pis si le Français de base tartine maigrement, le beurre est d'or, il se vend en lingots au-delà des frontières. Et qui saurait s'y opposer ? Faire son beurre est devenu l'horizon à atteindre. Notre nouveau Président en fait même une priorité nationale. Il est heureux que le beurre soit ainsi revenu en grâce et pas seulement pour la gloire des Bretons. On s'était pris à le dédaigner parce que trop riche. Un non sens vraiment. 

Michel Rouger

beurre.mp3 Beurre.mp3  (1.47 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires