Le billet

​La trêve


30/10/2019




A partir de ce vendredi, les expulsions de locataires sont suspendues. La trêve des temps froids. Quatre mois sans huissiers, gendarmes ou policiers frappant soudain à la porte. Quatre mois sans la honte, sans les pleurs des gamins, sans la terreur de la nuit qui vient. 36 000 hommes, femmes et enfants ont vécu ça l'an dernier. Un nouveau record, s'indigne la Fondation Abbé Pierre. Et en fait "deux ou trois fois plus ", ajoute-t-elle, beaucoup d'expulsés partant avant l'arrivée des forces de l'ordre. En cause, les loyers exorbitants et la précarité. Les propriétaires petits et gros s'enrichissent en dormant sur les cauchemars des familles de travailleurs paupérisés. Au gouvernement, où l'on n'a pas le temps d'aller découvrir l'héroïsme tragique de Ricky et Abby, le livreur ubérisé et l'aide-soignante du dernier film de Ken Loach, pas de trève pour le harcèlement social : l'assurance chômage est sévèrement durcie à partir aussi de ce vendredi. Pour payer leur loyer, qu'ils bossent ! Et s'ils bossent déjà, qu'ils bossent plus ! Rendez-vous l'an prochain pour un nouveau record d'expulsions. 

Michel Rouger

2019_10_31_la_trêve.mp3 2019 10 31 La trêve.mp3  (1.72 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

​Juste - 05/12/2019

​​Vendredi culte - 27/11/2019

​Notre carte - 21/11/2019

​Marché colonial - 08/11/2019

​Le Peuple - 24/10/2019

​Méditation - 02/10/2019

​Hissez haut - 25/09/2019

​A table - 12/09/2019

Destination mars - 05/09/2019

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

La peine au travail

Bonne année aux ouvriers des abattoirs. Et bonne santé surtout ! Par exemple à tous les collègues des ouvrières et ouvriers qui nous bouleversent dans le remarquable film Entrée du personnel à voir ou à revoir jusqu’au 6 mars sur Arte. Révoltant. Les bêtes pâturant chez l’éleveur du coin sont mieux traitées. Un film à voir par tous. Surtout par ceux qui veulent défendre ou réformer les retraites. « Reste à y arriver en bonne santé, dit un ouvrier, et à en profiter au moins deux ans. Autrefois les gens n’avaient pas des cadences comme ça. » Dans des tas de professions, de la souffrance physique au burn-out, la peine au travail s’est aggravée, malgré ou à cause de la robotisation, et à la fin, ceux qui ont beaucoup peiné et meurent tôt financent toujours les retraites de ceux qui ont moins peiné et meurent tard. Une injustice criante aggravée par le  pouvoir actuel qui a durci des critères de pénibilité déjà indigents. Un sujet qui devrait être au cœur des propositions des partis de gauche s’ils étaient vraiment sensibles à la peine au travail des milieux populaires. 

Michel Rouger

16/01/2020

Nono

Newsletter