Le billet

30/06/2016

​La leçon anglaise



Il y a tant de tristesse et d'inquiétude chez nos amis d'à côté, les Européens d'Angleterre, que l'on n'a guère envie de rire des contorsions étalées depuis leur victoire par les deux principaux bonimenteurs qui ont conduit le pays dans le mur : le faux clown Boris Johnson et le vrai réac Nigel Farage. Le premier a désormais le verbe bas et ne veut plus du poste de Premier ministre qui semblait lui revenir. Le second avoue carrément qu'il a menti : les 350 millions de livres que le Brexit devait ramener chaque semaine dans les caisse du NHS, la Sécu anglaise, c'était faux, du pipeau. Des milliers de citoyens ainsi pigeonnés regrettent maintenant leur vote. Trop tard. Merci, amis anglais, d'avoir tiré les premiers. En entendant Le Pen ou Philippot, les Français savent qu'il faudra penser à Farage et Johnson. Les mensonges des populistes s'étalent toujours au lendemain de leur victoire. Quand il est hélas trop tard.

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires