Le billet

25/09/2019

​Hissez haut



La gauche a le penseur Edgar Morin, 98 ans, les Marcheurs villanistes parisiens le chanteur Hugues Aufray, 90 ans. A chacun son vieux sage. Inspirant. Stimulant. Pendant qu'Edgar Morin enseigne la maîtrise de la complexité au Socialiste errant, Hugues Aufray cadence la marche du Marcheur. Tiens bon la vague et tiens bon le vent, qu'il vienne de droite ou de gauche. Car j'entends siffler le train : il ne repassera pas... Et le nonagénaire troubadour d'entonner l'entraînant Debout les gars réveillez-vous, il va falloir en mettre un coup. Sera-ce suffisant pour hisser haut le drapeau macroniste sur l'Hôtel de ville de Paris ? Rien n'est moins sûr tant les Marcheurs parisiens empruntent des trottoirs différents. Mais ce n'est pas trop grave, au contraire : Hugues, notre toujours jeune Hugues, tu nous en ferais bien une p'tite ballade ?  

Michel Rouger

hissez_haut.mp3 Hissez haut.mp3  (1.46 Mo)





1.Posté par mouillé bernadette le 03/10/2019 09:42
il est vrai qu'en chanson ça passe mieux .

.C'est comme les Contes MERCI le quartier de LA LUNE

A assimiler sans modération ...

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires