Le billet

31/12/2015

​France 2016



Fini de festoyer. Les popotiers de l'Élysée et de Matignon veulent faire avaler à la France de 2016 le plat indigeste cuisiné avant Noël : chasser de France, pour cause de terrorisme, des Français nés et éduqués en France mais binationaux. Tout le monde le dit : cette déchéance de nationalité sera inefficace (pas plus que la peine de mort, elle ne dissuadera un fanatique) et peu applicable. C'est un symbole en forme de coup politique à la Mitterrand. Subtilisant une proposition sarko-lepéniste qu'il vilipendait il y a cinq ans, François Hollande flatte la droite extrême pour être réélu dans 18 mois. En attaquant le fondamental droit du sol, en stigmatisant une catégorie de Français, il divise le pays, déchire la gauche qu'il veut plier à ses ambitions. Et malgré tout persiste. Il ne déçoit pas  Il déchoit. Mais rien n'est joué. Bonne année à la France de Charlie, du Bataclan et des terrasses parisiennes bigarrées, aux binationaux, à tous ceux qui construisent l'universalité version française.

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires