Le billet

21/11/2016

​Fillon-la-casse



« Avec Fillon, cassons la baraque ! » C'est écrit sur le mug. Il est jaune, il coûte 15 € et il est à vendre sur la boutique de fillon2017.fr. Casser est la spécialité de la maison. En croisant jadis le fils du notaire à l'église de Cérans-Foulletourte, pouvait-on l'imaginer un jour en Fillon-la-casse ?  Affichant fièrement en magasin le vieil « Art de la démolition » écrit au siècle dernier par une anglaise nommée Thatcher ? Aujourd'hui, l'ouvrage est devenu sa bible. Un catalogue vieux pour les vieux : 47% de ses électeurs ont plus de 65 ans. Un manuel pour les tradis, les paroissiennes de la Manif pour tous, la droite dure mug au poing : « Cassons la baraque ! » Il reste peu de temps pour limiter la casse.

Michel Rouger




1.Posté par baron le 21/11/2016 18:36
et je comprends que tu te fendes d'un nouveau billet entre les deux tours ! Il reste six jours pour que les votants d'hier (et peut-être d'autres) réagissent... et aussi que des hommes et des femmes se rassemblent pour une vraie primaire de gauche !

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires