03/12/2015

​État d'alerte



Trois semaines après la tragédie, l'état d'urgence met les défenseurs des libertés en état d'alerte permanent. Les interpellations, perquisitions et gardes à vue sans aucun lien avec des menaces terroristes s'étalent dans la presse. Et que je t'enfonce les portes, plaque au sol, passe les menottes. L'état d'urgence est une aubaine pour accélérer des procédures sans les contraintes de la Justice ou simplement pour terroriser des militants. Au moins la montée de cette insécurité d'État était-elle prévisible : tout régime d'exception offre aux autorités d'un pays une sorte de jouissance policière dont elles ne se débarrassent pas facilement. Obama n'a pas fermé Guantanamo. Heureusement, la société civile - militants des droits humains, mouvements de jeunes, la presse... - se mobilise, les parlementaires eux-mêmes créent une alerte quotidienne. La résistance est en marche contre ce recul des libertés qui fait des terroristes kamikazes des cadavres souriants. 

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Non, Chef - 01/07/2021

​La panne - 24/06/2021

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

Palestine - 12/05/2021

Surprise ! - 29/04/2021

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

1 2 3 4 5 » ... 24






Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires