03/12/2015

​État d'alerte



Trois semaines après la tragédie, l'état d'urgence met les défenseurs des libertés en état d'alerte permanent. Les interpellations, perquisitions et gardes à vue sans aucun lien avec des menaces terroristes s'étalent dans la presse. Et que je t'enfonce les portes, plaque au sol, passe les menottes. L'état d'urgence est une aubaine pour accélérer des procédures sans les contraintes de la Justice ou simplement pour terroriser des militants. Au moins la montée de cette insécurité d'État était-elle prévisible : tout régime d'exception offre aux autorités d'un pays une sorte de jouissance policière dont elles ne se débarrassent pas facilement. Obama n'a pas fermé Guantanamo. Heureusement, la société civile - militants des droits humains, mouvements de jeunes, la presse... - se mobilise, les parlementaires eux-mêmes créent une alerte quotidienne. La résistance est en marche contre ce recul des libertés qui fait des terroristes kamikazes des cadavres souriants. 

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

Chaud-froid - 10/02/2021

​Désobéir - 27/01/2021

​Séparatisme - 19/01/2021

​Les Réseaux - 14/01/2021

Les artistes - 17/12/2020

​Climat(s) - 10/12/2020

​Capitalisme bio - 03/12/2020

​Essentiel - 26/11/2020

1 2 3 4 5 » ... 23






Le billet de la semaine

Poison


La Justice a enfin tranché. Les laboratoires Servier sont condamnés. Pour la mort de 1 500 à 2 000 personnes empoisonnées par le Mediator et pour les souffrances infligées à des milliers d’autres, ils devront verser quelques heures de leur chiffre d’affaires. Quant aux dirigeants, cadres ou experts accusés, ils sont repartis libres avec leurs gardes du corps dans leurs voitures aux vitres teintées. Plus clément que la procureure, le tribunal leur a épargné la prison ferme. Dans la France du XXIe siècle, les juges, qui envoient le petit peuple à tour de bras dans des prisons indignes, restent pétrifiés à l’idée d’enfermer un puissant dans une cellule aménagée. Inébranlable justice de classe. Un vrai poison dans une société déjà peu confiante envers ses institutions. Pour rattraper l’iniquité, reste plus qu’à décider d’un plan médiator transformant la prison ferme en prison avec sursis pour les milliers de détenus non condamnés pour homicides involontaires. 

Michel Rouger
20210401_poison.mp3 20210401 Poison.mp3  (1.11 Mo)


31/03/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires