Le billet

08/06/2017

​Et le dopage au travail ?



Dans la vaste réforme du droit du travail, il ne faudrait pas oublier un sujet important : le dopage. Certes, il progresse comme le montre un nouvel ouvrage : Se doper pour travailler. Certes, les Français sont plutôt bons mais on peut faire mieux. Patrons et syndicats (qui ont trop hâtivement proscrit l'alcool et le tabac) doivent illico parler tranquillisants, amphétamines, cocktails caféinés, héroïne, cocaïne, en voyant ce qui est bon pour l'entreprise. Le stress et les cadences variant d'une usine ou d'un bureau à l'autre, faut-il un accord de branche ou d'entreprise ? Créer une prime de dopage comme il y a la prime de repas ? Demander à des spécialistes du cyclisme de former les médecins du travail ?  Organiser les filières d'approvisionnement auprès des trafiquants que l'on fait vivre, quand même ? Bref, là aussi, répondons mieux à la compétition mondiale, cette drogue dure imposée à tous par un puissant cartel. Mais attention : en veillant bien à l'égalité. Salariés du privé, fonctionnaires, auto-entrepreneurs... Se tuer au travail est un droit pour tous.

Michel Rouger

drogue.mp3 Drogue.mp3  (1.73 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires