Le billet

09/11/2017

​Crac(s)



Ils ne sont pas prêts de s'écrouler, oh non ! De légers craquements seulement se font entendre. Insensiblement, les deux piliers du pouvoir semblent cette fois branler. Attaquée pour la septième fois en dix ans, la ploutocratie mondiale qui tire profit et s'affranchit des sociétés depuis quelque trente ans est démasquée comme jamais par l'union internationale de 400 journalistes d'investigation qui ne la lâchent plus. Parallèlement, la phallocratie affronte les rébellions inédites des victimes de harcèlement sexuel  et de 341 professeur·e·s qui n'enseigneront plus le dogme grammatical édicté par les barbons de l'Académie au XVIIᵉ siècle et inoculé dans le cerveau de tous les petits Français depuis le XIXᵉ : « Le masculin l'emporte sur le féminin. » Toute une histoire. Toute l'Histoire. Quoi qu'il arrive, ces assauts et rébellions sont bonnes à prendre en ces temps de déprime démocratique.

Michel Rouger




1.Posté par Bouju le 10/11/2017 09:28
c'est clai, net, bien vu, je souscris. Ne jamais se lasser, le tissu libérateur qui se trame mène vers...des lendemains chantants?Bonnes journées à venir.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires