Le billet

23/07/2015

​Coup de tampon



Un beau jour de l'an 2013, le souverain français François dit  : désormais, le silence de l'administration vaudra accord. Le peuple salua ce silence libérateur et les commis de l'État attaquèrent dare-dare l'examen des 3 600 formalités de notre patrimoine administratif national. Cependant, un stress irrépressible les laissèrent en arrêt devant les arrêtés. S'auto-trancher la main qui tranche, paraphe, atteste, tamponne, qui eût pu ?  Ils mirent des sauf si, des sauf que, des hormis, maintinrent le radical Silence vaut refus. Au total érigèrent « 2 400 exceptions », devaient rapporter à l'été 2015 les sénateurs Sueur et Portelli. L'exception était devenue la règle. Et le resta. Questions, réclamations, convocations demeurèrent donc. Les années passant, les occasions de dialogue étant devenues si rares et l'État si distant, on finit même par ne plus détester les rendez-vous avec les fonctionnaires. Certains songeaient même à faire inscrire ces rencontres au patrimoine immatériel de l'humanité.

Michel Rouger




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​Essentiel - 26/11/2020

​? - 05/11/2020

​Ok, c'est bon... - 30/10/2020

​Democratic Circus - 14/10/2020

​Stop - SUVisme - 08/10/2020

Couché ! Pas bouger - 01/10/2020

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

1 2 3 4 5 » ... 23






Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires