23/07/2015

​Coup de tampon



Un beau jour de l'an 2013, le souverain français François dit  : désormais, le silence de l'administration vaudra accord. Le peuple salua ce silence libérateur et les commis de l'État attaquèrent dare-dare l'examen des 3 600 formalités de notre patrimoine administratif national. Cependant, un stress irrépressible les laissèrent en arrêt devant les arrêtés. S'auto-trancher la main qui tranche, paraphe, atteste, tamponne, qui eût pu ?  Ils mirent des sauf si, des sauf que, des hormis, maintinrent le radical Silence vaut refus. Au total érigèrent « 2 400 exceptions », devaient rapporter à l'été 2015 les sénateurs Sueur et Portelli. L'exception était devenue la règle. Et le resta. Questions, réclamations, convocations demeurèrent donc. Les années passant, les occasions de dialogue étant devenues si rares et l'État si distant, on finit même par ne plus détester les rendez-vous avec les fonctionnaires. Certains songeaient même à faire inscrire ces rencontres au patrimoine immatériel de l'humanité.

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Non, Chef - 01/07/2021

​La panne - 24/06/2021

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

Palestine - 12/05/2021

Surprise ! - 29/04/2021

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

1 2 3 4 5 » ... 24






Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires