07/05/2020

​Coronaparano



A J – 4, trois impératifs pour le déconfinement : distance de 1 m, lavage des mains et délavage du cerveau inondé depuis deux mois de messages anxiogènes  - images dramatiques, tsunami médiatique, injonctions erratiques – qui altèrent notre libre arbitre devant la pandémie. Le jacobinisme français qui confirme son inaptitude aux situations complexes et provoque ici et là par réaction un refus bravache des interdits, nourrit l'affolement en continuant à infantiliser les citoyens : cet été, les drones de Jupiter survoleront nos balades et nos pique-niques davantage que les frelons. « Nous sommes en guerre » et ce n'est pas fini. Prenez vos masques. Ce qui manquait tant aux soignants réapparaît par millions en format grand public, à efficacité limitée, comme produit d'appel tel le melon en promo. Le marché de la peur. La peur de l'Autre. En Asie, le masque est porté par le malade pour ne pas contaminer l'Autre. L'Autre est maintenant la menace. S'il arrive, on change de trottoir quitte à se faire écraser par un chauffard déconfiné. Reprenons nos esprits. Trois impératifs pour le déconfinement : distance de 1 m, lavage des mains, usage raisonné du masque. Trop porté, il va tous nous rendre malades.

Michel Rouger

coronaparano.mp3 Coronaparano.mp3  (714.14 Ko)



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Non, Chef - 01/07/2021

​La panne - 24/06/2021

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

Palestine - 12/05/2021

Surprise ! - 29/04/2021

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

1 2 3 4 5 » ... 24






Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires