Le billet

07/05/2020

​Coronaparano



A J – 4, trois impératifs pour le déconfinement : distance de 1 m, lavage des mains et délavage du cerveau inondé depuis deux mois de messages anxiogènes  - images dramatiques, tsunami médiatique, injonctions erratiques – qui altèrent notre libre arbitre devant la pandémie. Le jacobinisme français qui confirme son inaptitude aux situations complexes et provoque ici et là par réaction un refus bravache des interdits, nourrit l'affolement en continuant à infantiliser les citoyens : cet été, les drones de Jupiter survoleront nos balades et nos pique-niques davantage que les frelons. « Nous sommes en guerre » et ce n'est pas fini. Prenez vos masques. Ce qui manquait tant aux soignants réapparaît par millions en format grand public, à efficacité limitée, comme produit d'appel tel le melon en promo. Le marché de la peur. La peur de l'Autre. En Asie, le masque est porté par le malade pour ne pas contaminer l'Autre. L'Autre est maintenant la menace. S'il arrive, on change de trottoir quitte à se faire écraser par un chauffard déconfiné. Reprenons nos esprits. Trois impératifs pour le déconfinement : distance de 1 m, lavage des mains, usage raisonné du masque. Trop porté, il va tous nous rendre malades.

Michel Rouger

coronaparano.mp3 Coronaparano.mp3  (714.14 Ko)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​A la plage - 20/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

​UIPP - 31/01/2020

Etiquettes - 23/01/2020

La peine au travail - 16/01/2020

Violence d’État - 09/01/2020

​Les vœux - 19/12/2019

​Aux Actualités - 12/12/2019

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Liberté

46 jours. Ça fait 46 jours qu’on est assignés, bouclés dans 3,1416 km², sans pouvoir frôler, toucher, embrasser, festoyer, jogger, bicycletter, surveillés par des policiers à pied, à cheval, à vélo, à moto, en auto, en hélico, épiés par des collabos... Y’a que d’aller bosser qui rend libre, chose au reste discutée depuis l’aube de l’humanité. Au moins, nous voilà à J-11 de la semi-liberté conditionnelle. Sauf que le gouvernement continue de bricoler son StopCovid d’apprenti sorcier. Alors là, geste barrière : Stop au StopCovid. Le confiné sur canapé, qui poste à qui veut sa vie privée sur son smartphone, doit cette fois dire non. Non à tous les virus de l’e-surveillance politique qui mutent vite en virus Xi Jinping que la dictature chinoise veut répandre dans les démocraties : il est déjà à Nice… Ne pas sacrifier la Liberté au besoin de sécurité qui se nourrit de toutes nos peurs est un bon sujet de réflexion et d'action pour les 220 jours de semi-liberté qui nous attendent sans doute d’ici le réveillon. Quand enfin on s’embrassera. Bonne Année ! La santé surtout. Et la Liberté. Peut-être...

Michel Rouger

30/04/2020

Nono












Partenaires