Le billet

23/04/2015

​Cimetière



800 disparus le 19 avril, 500 juste avant... C'est le printemps de la mort en Méditerranée. La tragédie n'a jamais été aussi effroyable. Et pourtant, les migrants n'ont jamais été aussi nombreux à oser la défier : ils devraient être un demi-million, estime-t-on, cette année, à tenter le passage.  La Méditerranée est un cimetière d'hommes, de femmes et d'enfants. C'est le cimetière aussi des prétentions de l'Occident à rester le gendarme du monde.  Le cimetière des illusions de l'Europe forteresse qui croit se protéger par des barbelés et des murs électroniques. C'est le cimetière des certitudes d'une Europe prétendument humaniste qui a laissé l'Italie seule face à ses naufragés. Qui a condamné des milliers d'innocents à la mort faute de stratégie humanitaire. Qui a abandonné les pays submergés par l'afflux des déplacés, elle qui n'accueille que 10% des réfugiés du monde.

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires