Le billet

15/02/2018

​Chers ghettos



Le « Grand Projet Social » (GPS) promis au Nouvel An, suite. Aujourd'hui le logement. Le gouvernement Macron & Philippe y est très sensible. Sensible au traumatisme qu'un immeuble HLM peut provoquer chez l'habitant de l'avenue Napoléon III contraint soudain de côtoyer « ces gens-là » qui repartent d'ordinaire dans leurs cités lointaines après avoir balayé les trottoirs. En décembre, un décret a exempté discrètement 274 communes de la loi SRU de décembre 2000, conçue par le gouvernement et de gauche Lionel Jospin, qui impose aux villes 25 % de logements sociaux d'ici 2025. Cette bonne loi, comme dit la Fondation Abbé Pierre, qui a fait progresser la mixité sociale, il faut l'adapter, murmure-t-on en haut lieu. De vrais signes d'empathie aux communes - la moitié - qui sont hors-la-loi et à l'opposition de droite, résistante de toujours, qui veut repousser encore l'échéance. Ne touchons pas trop à nos ghettos, notre entre-soi confortable, nos peurs si exquises le soir à la télé, envoyons plutôt là-bas des policiers.

Michel Rouger 

2018_02_15_chers_ghettos.mp3 2018 02 15 Chers ghettos.mp3  (1.9 Mo)




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires