Le billet

06/08/2015

​Ça sent, non ?



Y'a quelque chose qui sent mauvais, vous ne trouvez pas ? Une odeur d'égouts, peut-être, par temps de canicule. Ou plutôt de fumier, de lisier. Oui, c'est ça : l'odeur qui nous a pris au nez à l'hypermarché. L'odeur du conflit paysan. Elle alourdit les relents entêtants du malaise rural qui attise les effluves électorales du Front National. Elle se mêle à l'humeur droitière qui gagne des Français accrochés comme la glaise à leurs racines rurales. « La terre, elle, ne ment pas », comme disait Pétain. Si, elle ment. Elle a toujours menti. Et aujourd'hui plus que jamais. Elle produit et vend, gavée d'artifices. Derrière ses tracteurs énormes, ses slogans et ses banderoles, le principal syndicat agricole gère le système qui tue les exploitations par milliers depuis des décennies. Derrière les victimes, cet été encore, se cachent les profiteurs. Sur toutes les crises agricoles, flotte une sale odeur de manipulation. 

Michel Rouger





1.Posté par bigot gigi le 09/08/2015 16:24
On voudrait en savoir plus à partir de ce billet laconique... Grâce au portrait d'un paysan "ordinaire" ? Ce serait super !

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

J – 17 - 08/09/2020

Le Masque - 02/09/2020

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires