06/08/2015

​Ça sent, non ?



Y'a quelque chose qui sent mauvais, vous ne trouvez pas ? Une odeur d'égouts, peut-être, par temps de canicule. Ou plutôt de fumier, de lisier. Oui, c'est ça : l'odeur qui nous a pris au nez à l'hypermarché. L'odeur du conflit paysan. Elle alourdit les relents entêtants du malaise rural qui attise les effluves électorales du Front National. Elle se mêle à l'humeur droitière qui gagne des Français accrochés comme la glaise à leurs racines rurales. « La terre, elle, ne ment pas », comme disait Pétain. Si, elle ment. Elle a toujours menti. Et aujourd'hui plus que jamais. Elle produit et vend, gavée d'artifices. Derrière ses tracteurs énormes, ses slogans et ses banderoles, le principal syndicat agricole gère le système qui tue les exploitations par milliers depuis des décennies. Derrière les victimes, cet été encore, se cachent les profiteurs. Sur toutes les crises agricoles, flotte une sale odeur de manipulation. 

Michel Rouger




1.Posté par bigot gigi le 09/08/2015 16:24
On voudrait en savoir plus à partir de ce billet laconique... Grâce au portrait d'un paysan "ordinaire" ? Ce serait super !

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

Non, Chef - 01/07/2021

​La panne - 24/06/2021

Dimanche soir - 17/06/2021

​Libertés - 10/06/2021

​Campagne - 03/06/2021

Palestine - 12/05/2021

Surprise ! - 29/04/2021

Fou - 22/04/2021

Bientôt la fête - 15/04/2021

Moderna - 08/04/2021

Poison - 31/03/2021

​Ouvrons l’œil - 18/03/2021

​Condamnés - 02/03/2021

​Les Martiens - 24/02/2021

Chocolat - 17/02/2021

1 2 3 4 5 » ... 24






Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires