Le billet

​Buuuuuut !


27/06/2018




Mardi, alors que le Pape François et le chanoine du Latran Emmanuel Macron venaient de se quitter, des foules immenses ont de nouveau afflué dans les stades russes et les bistrots à écrans géants. Chaque jour, en ce moment béni, des officiants en maillots et chasubles galvanisent les fidèles à un rythme plus ou moins endiablé, leur ouvrant les portes de la transcendance. A chacune de leur entrée, à chaque buuuuuut !,  à chaque fois que la messe est dite, ce n'est que pleurs, cris, genoux au sol et bras au ciel. Puis tout ce peuple s'en retourne planant vers une morne existence. Un opium quotidien. Un moment de religion qui relie et console. Une religion animée par les hommes, ça va de soi. Une religion qui marche fort, qui draine les foules, elle. C'est pourquoi elle passionne aussi le clergé : des shorts floqués “Messi” se cacheraient, dit-on, sous des soutanes chrétiennes ou musulmanes. Et c'est sûrement pour parler foot que l'entretien a duré bien plus longtemps que prévu, mardi, entre le Pape et le chanoine.

Michel Rouger

but.mp3 But.mp3  (1.9 Mo)






1.Posté par Mouillé le 29/06/2018 03:14
donnez leur du pain et des jeux...

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Heureux - 04/07/2019

Total sur le grill - 26/06/2019

​Souffrances - 19/06/2019

​Montez ! - 13/06/2019

Khartoum - 06/06/2019

​Arithmétique - 30/05/2019

Espèce en danger - 08/05/2019

Vote bleu - 01/05/2019

​Progressons - 11/04/2019

​Tweetons un peu - 04/04/2019

Saintes chapelles - 21/03/2019

​Hécatombes - 14/03/2019

J - 7 - 07/03/2019

​Algérie, suites - 28/02/2019

Déraciner la haine - 20/02/2019

​« Liberté ! » - 06/02/2019

​Patrons en lutte - 30/01/2019

L'espoir, enfin - 25/01/2019

​2018, la révolte - 13/12/2018

1 2 3 4 5 » ... 17


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono

Newsletter