Le billet

14/05/2015

​Bové(e)s



L'écologiste Marie Bové consomme bio. Mais surtout pas le brouet des Verts de Gironde qui ont osé l'écarter de la liste Europe Ecologie-les Verts aux élections régionales. Elle en veut de ce poste ! Marie a carrément sorti ses lances, en toute non-violence, contre ces « végétariens cannibales », allant jusqu'à menacer de créer une liste dissidente. Ce qui colle d'ailleurs avec le projet écologiste. Peut-être les Verts de Gironde ont-ils tort dans cette affaire de régionales. Pourquoi, surtout, n'ont-ils jamais aimé la fille à José paternée par Mamère ? La réponse est peut-être dans cette flèche jaillie comme un lapsus : « Aujourd'hui, c'est le nom Bové que l'on enterre ! » Marie consomme bio. Sa bio. Une version de l'amour filial, familial. Pour la défense de la famille, votez Bové. Pas Le Pen, cette maison où le père et la fille se boxent à mort.

Michel Rouger



Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires