Le billet

05/11/2015

​Bonté divine



Diable, voilà que le Saint-Siège plonge à son tour dans les enfers réservés jusqu'ici aux vulgaires gouvernements humains. Le scandale est bien sûr du pain bénit pour les antipapistes de la vieille Angleterre à l'humour, là-dessus, guère spirituel. Mais, bonté divine, très chères soeurs, très chers frères, soyez sans crainte ! La sainte Église a toujours surmonté ses graves péchés. Jadis, on eût brûlé vive la jeune femme par qui le scandale vient d'arriver : on a fait du chemin.  Aujourd'hui, suivez la voie du bon pape François contre ces princes de l'Église qui détournent l'argent des pauvres. Ouvrez les portes de la Curie. Ouvrez tout. Le monde change. Le ciel, désormais, passe par les antennes. Ne laissez pas Judas poster seul les messes basses sur internet. Vous êtes sous une bonne étoile. « J'aime » est déjà évangélique et Dieu est depuis toujours dans le cloud. Allez, on y croit.

Michel Rouger




1.Posté par Michaël le 06/11/2015 09:39
Halleluia !

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique

​La vague - 01/07/2020

Chaud - 25/06/2020

Au voleur ! - 18/06/2020

Révoltes noires - 04/06/2020

​Fou du Puy - 28/05/2020

​A la plage - 20/05/2020

​Coronaparano - 07/05/2020

Liberté - 30/04/2020

Medef-19 - 16/04/2020

Colère, sans masque - 02/04/2020

L'oiseau - 26/03/2020

​C’est la guerre - 17/03/2020

​Commun, commune - 27/02/2020

Virus - 26/02/2020

Paravents - 20/02/2020

La bonne éducation - 13/02/2020

Retraitons - 06/02/2020

1 2 3 4 5 » ... 22


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires